"La philosophie du musée n'a pas changé : imaginer l'après-mines", Marie Lavandier, directrice du Louvre-Lens

Aujourd'hui, dimanche 4 décembre 2022, fête de la Sainte-Barbe et des mineurs, le musée est ouvert gratuitement de 10h00 à 20h00 pour fêter ses 10 ans. Entretien avec Marie Lavandier la directrice du musée.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

En 10 ans, la philosophie du musée a-t-elle changé ? 
Marie Lavandier : "Non, la philosophie du musée n'a pas changé en 10 ans. Il s'agissait d'imaginer non pas un autre Louvre, non pas un petit Louvre, mais un Louvre autrement et d'imaginer un musée dans un territoire qui allait être un musée plus proche des gens. Un musée qui allait permettre, aider, à se redresser, à se réinventer après la crise dans laquelle il avait été plongé après la fermeture des mines. C'est quelque chose qu'on approfondit depuis 10 ans et c'est un musée qui fait de plus en plus de place à son public local mais aussi (dans sa gouvernance) à nos voisins". 

Cinq millions de visiteurs, 70% font partie de la région. Est-ce satisfaisant pour vous ?
Marie Lavandier :
"Oui, bien sûr, c'était l'idée... Celle de montrer qu'avec cette collection du Louvre formidable qui attire un monde fou du monde entier, on pouvait aussi faire un travail de proximité, établir une relation avec un public qui n'est pas forcément le public rencontré le plus fréquemment dans le musées. Il y a 10 ans, ce public disait 'le musée c'est génial, cela va aider le territoire mais ce n'est pas pour nous'."

durée de la vidéo : 00h03mn38s
Christelle Massin s'entretient avec la directrice du Louvre-Lens Marie Lavandier, à l'occasion des 10 ans du musée. ©France Télévisions.

Justement, vous êtes allée et vous allez à la rencontre de ces personnes qui pensent que le musée n'est pas pour elles... 
Marie Lavandier : "On va vers elles tout simplement. On a établi la relation. On va dans les centres commerciaux à Lille ou Noyelles-Godault. Il y a aussi cet Egyptobus qui sillonne le Pas-de-Calais et au quotidien, une brigade de médiateurs qui vont dans les espaces publics à la rencontre des gens."  

S'il fallait garder une image de ces 10 ans ? 
Marie Lavandier :
"L'inauguration était très bouleversante, il y a eu beaucoup de moments bouleversants. Personnellement, je pense à celui où on a installé l'oeuvre de Françoise Pétrovitch dans le parc. Une sculpture qui a été commandée par des habitants avec une volonté de refus de la misère pour leurs enfants, dans laquelle eux avaient vécu. Cela a été un moment particulièrement bouleversant."

La galerie du temps va-t-elle rester gratuite ? 
Marie Lavandier :
"Tout à fait. C'est un choix du conseil d'administration du Louvre-Lens. Au départ cela devait durer un an, cela a été rendu pérenne en 2017 et elle devrait rester gratuite encore très très longtemps. Elle va évoluer à l'horizon 2024. Initialement conçue pour 5 ans, il va falloir qu'on change toute la sélection d'oeuvres. Et on va l'ouvrir à quelques invités, à d'autres grands musées nationaux."