Philippe Montanier s'exprime sur son départ du RC Lens : "C'était très brutal, je ne m'y attendais pas"

Publié le Mis à jour le

Le 25 février dernier, le RC Lens se séparait de  Philippe Montanier, alors que les Sang et Or figuraient en 3è position de la Ligue 2. L'ex-entraîneur lensois, qui vient d'être nommé à la tête du Standard de Liège, s'est exprimé sur ce limogeage brutal lors de sa présentation à la presse belge.

Philippe Montanier est arrivé à La Gaillette au début de la saison 2018-2019, avec la mission de faire monter les Sang et Or en Ligue 1 en deux ans. Mais le coach normand ne sera pas allé au bout de son contrat. Les dirigeants lensois l'ont "débarqué" après la 26è journée. Champion d'automne fin décembre, le RCL avait reculé à la 3è place du classement à l'issue d'un début d'année laborieux. 

Il s'est exprimé sur cette séparation inattendue en conférence de presse, ainsi que sur le site de son nouveau club.

Sans volonté de polémiquer, et sur un ton très calme, Philippe Montanier parle de cette rupture. "On était très bien partis, champions d'automne au mois de janvier, et puis, un peu de moins bien. Et puis les dirigeants décident, après deux défaites, de changer. Sincérement, je n'ai pas compris parce que je sais qu'une saison, c'est toujours difficile "

Un peu plus loin, l'ancien entraîneur de Boulogne, Lens et Valenciennes développe aussi sa réaction: "J'ai de très bonnes relations avec les dirigeants et les joueurs. Après deux défaites, ils se sont demandés "est-ce qu'il va y arriver ?" Ils ont décidé que non, à ma grande surprise. C'était très brutal, je ne m'y attendais pas..."

Une grande satisfaction, et une énorme frustration

Philippe Montanier

Philippe Montanier invoque son rôle dans cette accession, attribuée un peu rapidement à son successeur Franck Haise après deux matches, et deux victoires cruciales." Malgré tout, il y a eu le confinement, et on s'aperçoit que l'équipe a atteint la Ligue 1, et que j'ai participé à 90% des points". D'où "une grande satisfaction, avec un club arrivé 15è d'avoir fait les barrages et à cause d'une erreur individuelle (ndlr: référence à la faute du gardien Jérémy Vachoux lors du barrage retour à Dijon) de n'avoir pu accéder à la Ligue 1".

Ce qui sera fait la 2è saison même s'il n'est pas allé jusqu'au bout. Et de conclure dans un léger sourire :"De la satisfaction mais aussi une énorme frustration, car ce sont les autres qui ont récolté les fruits que vous avez semé..."

Un clin d'oeil à Boulogne

Lors de cet entretien paru sur le site du Standard de Liège, Philippe Montanier a aussi évoqué son passage à l'USBCO entre 2004 et 2009. Il conserve un excellent souvenir de cette période boulonnaise. C'était son premier poste comme entraîneur principal. "C'est un contexte que j'ai beaucoup aimé. Une ville de pêcheurs, le 1è port de pêche de France; avec des marins, des gens qui travaillent très dur,  qui veulent voir leurs joueurs mouiller le maillot... On a réussi un truc incroyable avec un super groupe: accéder en 5 ans du milieu amateur à la 1ère division".

En revanche, pas un  mot sur la période suivante (2009-2011) à Valenciennes, lors de l'évocation de sa carrière.Deux années qui ont précédé son départ à la Real Sociedad.

Lors de sa présentation officielle opérée mardi 16 juin à Liège, l'ancien entraîneur de Lens, par son art tout en maîtrise de la communication, a su plaire à la presse belge, aux dirigeants et aux supporters du Standard, un club phare du championnat belge, avec lequel il compte bien rebondir après sa déception lensoise.