Liévin : un lycéen de 14 ans meurt pendant un cours de sport

(Illustration) / © BERTRAND THERY - FRANCE 3
(Illustration) / © BERTRAND THERY - FRANCE 3

Un élève du lycée Henri Darras de Liévin (Pas-de-Calais) âgé de 14 ans est décédé ce vendredi en fin de matinée, alors qu'il était en cours de sport dans le parc de Rollencourt. 

Par Thomas Millot

Un élève de seconde du lycée Henri Darras de Liévin est décédé ce vendredi 20 septembre en fin de matinée, alors qu'il était en cours de sport dans le parc de Rollencourt, a-t-on appris auprès du CODIS 62. Ilyes était âgé de 14 ans.


Malaise cardiaque


Les secours ont été appelés sur place vers 11h10 pour un malaise et ont trouvé le garçon inanimé, en arrêt cardio-respiratoire. Après plus d'une heure de tentative de réanimation, un médecin du SMUR a déclaré le décès de la jeune victime à 12h20. 

Les professeurs d'EPS avaient prodigué les premiers gestes de secours, en vain, indique Joël Surig, directeur académique du Pas-de-Calais, qui s'est immédiatement rendu sur place.

Une enquête de police a été ouverte. Selon les premiers éléments, Ilyes participait à une course d'orientation lorsqu'il s'est brutalemennt effondré.


Cellule d'écoute


"Tout le monde est sous le choc, il n'y avait aucun élément ni aucune contre-indication qui aurait pu laisser penser que cette course d'orientation puisse déboucher sur un drame de cette nature", a précisé M. Surig.

Une cellule d’écoute avec deux infirmières, une assistance sociale et un médecin a été mise en place au lycée Henri Darras pour soutenir les élèves et l'équipe enseignante. Tous les parents d'élèves de seconde ont été prévenus par SMS, avec la possibilité de récupérer leur(s) enfant(s).

Une cellule d’urgence médicale et psychologique du SAMU 62 s'est également rendue sur place. "La cellule d'écoute restera active tant que les éléves et les personnels en auront besoin", a conclu le directeur académique.
 

"Cette annonce m’a plongé dans un profond désarroi, a écrit le maire de Liévin, Laurent Duporge sur sa page Facebook. Il n’y a pas d’âge qui permette d’adoucir la perte d’un être cher et il s’est éteint beaucoup trop tôt. Nul ne peut porter la peine de l’autre, mais sachez que mes pensées vont à ses proches, auxquels je voudrai témoigner mon affection et ma solidarité dans leur infinie tristesse."

 

Sur le même sujet

Les + Lus