Reconstruction du quartier de la Tour du Renard : après l'affaire d'Outreau, le renommer pour repartir de zéro ?

Les élus ont posé les premières pierres du nouveau quartier de la Tour du Renard d'Outreau. L'occasion pour la commune du Pas-de-Calais de tourner la page après le feuilleton judiciaire des années 2000. Sebastien Chochois, maire d'Outreau, envisage de féminiser le nom de ce nouveau quartier.

"À un moment où on parle de la féminisation des quartiers, je ne verrais pas d'un mauvais œil que ce quartier prenne le nom de plusieurs femmes". Le 8 avril, à l'occasion de la pose de la première pierre du nouveau quartier de la Tour du Renard d'Outreau, Sébastien Chochois n'a pas masqué son ambition : tourner la page pour de bon, "ce n'est pas au regard d'une affaire que l'on reconstruit, c'est vraiment pour les gens que l'on fait ça."

Dans les années 2000, le quartier s'était retrouvé au coeur d'un scandale d'agression sexuelle sur mineur qui a viré au fiasco judiciaire. Treize personnes s'étaient retrouvées accusées à tort.

L'avenir de ce quartier, c'est aux Outrelois qu'il appartient. Changer de nom ou pas, c'est "aux habitants d'en décider" explique le maire, "si les administrés ont cette volonté que ce quartier porte ce nom, il le gardera." Une consultation sera donc organisée par la commune. "Nous sommes très liés avec le conseil citoyen, il aura son mot à dire" termine-t-il.

► Lire aussi : Outreau: la démolition de la Tour du Renard vient de débuter, "l'occasion de tourner une page"

Aller au-delà de l'affaire

Sébastien Chochois ne veut plus que l'on résume sa commune à l'affaire d'Outreau, lui qui considère sa commune dans la "résilience". Pourtant, les documentaires ne cessent de sortir sur les plateformes de streaming. Dernier en date, Outreau : un cauchemar français.

durée de la vidéo : 00h02mn49s
Outreau veut se reconstruire au-delà de l'affaire qui secoua la commune dans les années 2000. ©Martin Vanlaton / FTV

► Lire aussi : "L'affaire d'Outreau" : un documentaire inédit et exceptionnel

Hautement symbolique, cette reconstruction n'enterrera pas la mémoire du lieu. "Ce n'est pas l'histoire d'une mémoire qu'on efface. Quand on reconstruit un quartier, c'est pour faire en sorte que les logements correspondent aux standards d'aujourd'hui." Chiffrés à 38 millions d'euros, les travaux devraient se terminer en 2027.