Féminicide de Sandy Cucheval : "il va faire sa petite vie en prison", les réactions après le verdict

"Tu m'appartiens (...) Le jour où tu me quittes, je te crève" : Jonathan Boillet a été condamné vendredi 8 mars 2024, à 30 ans de prison, dont une peine de sûreté de 20 ans, pour le féminicide de sa compagne Sandy Cucheval, brûlée vive en 2020, après l'avoir aspergée d'essence.

Déjà condamné à huit reprises par le passé, dont quatre fois pour des violences sur une précédente compagne, la mère de ses enfants, l'homme était sorti de prison le 29 juin 2020. Il faisait l'objet d'un suivi socio-judiciaire au moment des faits, en novembre 2020. Jonathan Boillet était alors en couple depuis trois mois avec Sandy Cucheval. 

Au terme de quatre jours de procès devant les assises du Pas-de-Calais, Jonathan Boillet a été reconnu coupable du meurtre de sa compagne Sandy Cucheval, et condamné à 30 ans de prison assortis de 20 ans de sûreté. Un verdict prononcé ce vendredi 8 mars 2024, qui suit les réquisitions de l'avocat général.

>>>À lire aussi : Jonathan Boillet condamné à 30 ans de prison pour le meurtre de Sandy Cucheval, en cliquant ici

Les peines prononcées par la cour d'Assises du Pas-de-Calais sont conformes aux réquisitions du parquet, tout comme le suivi socio-judiciaire auquel sera soumis pendant dix ans Jonathan Boillet à l'issue de son incarcération, et une obligation de soins pour lutter contre ses addictions à l'alcool et au cannabis.

Au troisième jour de son procès, Jonathan Boillet a avoué avoir aspergé d'essence son ancienne compagne Sandy Cucheval le 10 novembre 2020. Il soutenait jusque-là la thèse de l'accident. La famille de la victime attendait ces aveux. 

>>> Affaire Sandy Cucheval : "C'est bien moi qui l'ai arrosée d'essence", Jonathan Boillet est passé aux aveux

Accueilli dans le calme, le verdict ne satisfait pas entièrement la famille de la victime. "Trente ans, c'est bien, mais ça ne fera pas revivre Sandy", regrette sa mère. 

Il va faire sa petite vie en prison et nous, il nous reste nos yeux pour pleurer

Gilberte Kuhfeld, mère de Sandy

durée de la vidéo : 00h00mn49s
Gimlberte Kuhfeld, mère de Sandy Cucheval. ©France Télévisions. M. Vanlaton et S. Rosenstrauch

"Il va faire sa petite vie en prison et nous, il nous reste nos yeux pour pleurer." 

"Je vois mes petits enfants dévastés. Tout à l'heure, j'ai entendu l'avocat de l'accusé dire qu'il ne fallait pas le condamner trop longtemps car ses enfants ont besoin de lui, en sachant que moi, mes petits-enfants reverront jamais leur mère !" a réagi Pascale Dalibon, ex-belle-mère de Sandy et grand-mère des enfants de Sandy.

durée de la vidéo : 00h01mn59s
Réaction de Pascale Dalibon, ex belle-mère de Sandy Cucheval ©France Télévisions. M. Vanlaton et S. Rosenstrauch

Mes petits-enfants reverront jamais leur mère !

Pascale Dalibon, ex-belle-mère de Sandy

Sur la peine de 30 ans de prison : "en France on dit perpétuité, pour nous ça veut dire 'à vie', mais en réalité cela n'existe pas. Qu'on enlève ce mot 'la perpet' ! Qu'est-ce que vous voulez que je leur dise à mes petits-enfants ? Que leur mère va revenir demain. C'est pas vrai. Lui, dans 16 ans il est dehors et il retrouvera ses enfants".

D'être enfermé pour toujours cela ne nous ramènera pas notre mère donc ça ne change rien pour moi.

Mary, fille de la victime

Je ressens "beaucoup de tristesse et toujours autant de colère car cela ne change rien : d'être enfermé pour toujours cela ne nous ramènera pas notre mère donc ça ne change rien pour moi. J'espère que tout ça va quand même permettre de me reconstruire car j'attends un petit bonheur donc, faut que je pense à lui", a, quant à elle, exprimé la fille de Sandy, Mary Vantours.

durée de la vidéo : 00h00mn44s
Mary Vantours, fille de Sandy ©France Télévisions. M. Vanlaton et S. Rosenstrauch

L'avocate de Jonathan Boillet, Me Anne-Céline Lemonnier, a estimé à propos de la peine : "C'est lourd, c'est une lourde peine mais c'est une peine juste". L'injonction de soins pendant 10 ans ? "C'est important car cela va permettre le suivi de ce qui a été déjà mis en place et d'être cadré pour qu'il n'y ait pas de rechute et éviter un risque de récidive.

J'avais émis le souhait qu'il n'y ait pas de perpétuité dans ce dossier, donc je suis satisfaite

Me Anne-Céline Lemonnier , avocate

durée de la vidéo : 00h00mn49s
Anne-Céline Lemonnier, avocate de Jonathan Boillet, accusé et condamné à 30 ans de réclusion. Son avocate réagit à sa condamnation. ©France Télévisions. M. Vanlaton et S. Rosenstrauch

J'avais émis le souhait qu'il n'y ait pas de perpétuité dans ce dossier, donc je suis satisfaite".

En moyenne, un féminicide survient tous les trois jours en France. Le ministère de la Justice a dénombré 94 féminicides en 2023.

Avec Martin Vanlaton et Sergio Rosenstrauch / FTV

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Hauts-de-France
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité