• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

VIDEO. A Wizernes, Wizpaper redonne vie à la papeterie de l'Aa, sur l'ancien site d'Arjowiggins

© I.Girardin
© I.Girardin

Sur l'ancien site d'Arjowiggins, Henry Breban et ses enfants sont les repreneurs de cette papeterie centenaire. Ils ont fait redémarrer l'énorme machine à papier à l'arrêt, depuis 3 ans. La nouvelle entreprise, baptisée Wizpaper, produira sur le site du carton pour ondulé, à base de vieux papiers.

Par Isabelle Girardin

A Wizernes, prés de Saint-Omer, le long de l'Aa, la machine à papier tourne à nouveau. Henri Breban a repris l’entreprise avec ses enfants, Perrine Geoffroy et Édouard Breban, en septembre 2018. Ils espèrent produire à nouveau du papier, dès cet été.

Peu à peu l'activité de l'ancien site d'Arjowiggins, reprend vie. À l'arrêt durant 3 ans, cette papeterie fondée en 1834 était entrée dans le giron d'Arjowiggins en 1981.

Dès l’annonce de la fermeture de l’usine de Wizernes, en 2014, les anciens salariés se sont battus pour cette papeterie, plus que centenaire.

"C’est grâce aux salariés, qui en campant devant le site, l'ont protégé, enpêchant son démantèlement. Correctement arrêtée, cette machine est aujourd’hui en parfait état de marche" explique Henri Breban.

Pendant plus d'un an, l'imprimeur et fondateur d’Express Packaging, a porté ce dossier de reprise. Et après un compromis avec le dernier propriétaire, le groupe Sequana, un rachat du site pour 2 millions d’euros, a été entériné l'été dernier.
 


 

Henri Breban, un industriel du pays et du métier

A Arques, Henri Breban est à la tête de deux autres entreprises : Express Découpe et l'imprimerie Express Packaging.

Deux entitées nées de la reprise en 2006 de l’activité d'emballage du verrier Arc International, située à Arques dans le Pas-de-Calais. Elles emploient 160 personnes.

Pour le rachat de la papeterie, ce spécialiste de l'imprimerie et de l'emballage, a investi 16 millions d'euros sur 3 ans.

Il a aussi bénéficié de plus de 3 millions d'euros de financement public :  1,3 million de la Région Hauts-de-France, 1 million de l’État et 900 000 € du Comité d'agglomération du Pays de Saint-Omer (CAPSO).
 

D'ici l'été, la machine à papier tournera "tous les jours , pour vérifier chaque verrin et chaque moteur" explique Édouard Breban.

Le président de Wizpaper annonce "vouloir produire du carton pour ondulés à base de vieux papiers auprès des entreprises locales".

L'activité de découpe et imporimerie pour les producteurs papetiers sera assurée par sa sœur Perrine Geoffroy.
 

Priorité aux recrutements des ex-arjowiggins

L'activité du papetier Arjowiggins, appartenant au groupe Sequana, avait cessé de fonctionner le 16 juin 2015. Elle employait plus de 300 personnes, qui se sont retrouvées au chomage.

Mais chaque jour, plusieurs anciens salariés passaient leur journée à l'usine. Installés à l'entrée, ils surveillaient et entretenaient les machines de l'usine.

Aujourd'hui, une partie des salariés sont revenus travailler chez Wizpaper et les dirigeants s'engagent à continuer à s'appuyer sur ces anciens ouvriers du site.
 
Redemarrage de la machine à papier de l'ex-papeterie Arjowiggins

Éric Noël, mécanicien de 58 ans, fait partie des 15 personnes qui ont remis en marche la machine à papier. Il ne cache pas son émotion : "j'ai travaillé ici pendant 24 ans et ce redémarrage...ça fait drôle".

Avec le redémarrage de cette énorme machine à pâte à papier, Wizpaper annonce commencer le recrutement à moyen terme, de 80 à 120 personnes.

Les nouveaux dirigeants ont déja embauché des anciens salariés d'Arjowiggins qui "avaient retrouvé un emploi en CDI et n'ont pas hésité à le quitter pour revenir travailler ici."
 

Sur le même sujet

Concert : Yolande Bashing à Lille (électro)

Les + Lus