Plus d’un an d’avance pour le gigantesque chantier de restauration de l’hôtel de ville du Touquet

C’est suffisamment rare pour être souligné : la restauration de l’hôtel de ville du Touquet Paris-Plage, débutée le 14 décembre 2020, sera achevée au premier trimestre 2025. Soit avec plus d’une année d’avance ! Un exploit technique à la hauteur de ce bâtiment majestueux inauguré en 1931 et classé depuis 2014.

Un grand manteau de bardages recouvre l’hôtel de ville du Touquet. Le bâtiment construit dans la période faste de l’entre-deux-guerres, mélange de style néo-tudor, anglo-normand avec une touche d’art déco impressionne par ses dimensions. Mais après un siècle, un grand lifting s’imposait du sol au plafond. La façade a été nettoyée, l’ossature renforcée.

À présent, il faut continuer à remplacer les tuiles. Pour coller le plus possible à la carte postale d’origine. Jean-Claude Pourtau, directeur du patrimoine bâti-ville du Touquet : "Les briques de l’époque ne se font plus. Les nouvelles doivent être fabriquées dans les mêmes formats. Il faut reconstituer les mêmes largeurs de joint, c’est toute la difficulté."

Les briques de l’époque ne se font plus. Les nouvelles doivent être fabriquées dans les mêmes formats. Il faut reconstituer les mêmes largeurs de joint, c’est toute la difficulté.

Jean-Claude Pourtau, directeur du patrimoine bâti-ville du Touquet

"Un petit bijou qu’on travaille"

Autre particularité de l’édifice, ses nombreux vitraux : deux tiers des menuiseries en comptent. Abîmés voire cassés, ils ont été reconstitués par un maître verrier comme dans la salle d’honneur. Patrick Peiffer, architecte, partage : "On retrouve énormément de savoir-faire. On part d’images d’archives. C’est comme un petit bijou qu’on travaille." Pour redonner vie à ce bâtiment classé depuis 2014, un travail de fond en comble a été effectué, de la couverture à la réfection des parquets.

"Il n’était pas question de déconstruire pour reconstruire avec des matériaux neufs", appuie Jean-Claude Pourtau. Il est question de sauvegarder avec des matériaux d’aujourd’hui qui se rapprochent le plus possible de l’existant."

Il est question de sauvegarder avec des matériaux d’aujourd’hui qui se rapprochent plus possible de l’existant.

Jean-Claude Pourtau

Des travaux à 8 millions d'euros

Coût total de cette gigantesque restauration : 8 millions d’euros, deux fois plus que la construction débutée en avril 1929 avec la pose de la première pierre. C’est le projet des architectes Debrouwer et Drobecq qui avait été choisi parmi 30 projets présentés. À l’époque, l’édifice s’inscrivait dans le plan d’extension et d’embellissement de la station balnéaire, fondée en 1912, financé notamment grâce à l’argent que rapportait le casino à la ville.

Le maire de l’époque, Léon Soucaret sentait que le Touquet allait prendre un formidable essor et qu’il n’était pas du tout inutile de construire quelque chose d’assez majestueux.

Alain Holuigue, secrétaire de la Société Académique du Touquet

Un casino premier devant ceux de Deauville et Biarritz. Alain Holuigue, secrétaire de la Société Académique du Touquet : "Il y avait à peu près 3500 habitants. Certains s’étonnaient de la grandeur de l’édifice. Mais le maire de l’époque, Léon Soucaret sentait que le Touquet allait prendre un formidable essor et qu’il n’était pas du tout inutile de construire quelque chose d’assez majestueux."

Au printemps 2025, l’hôtel de ville du Touquet aura retrouvé son prestige, une renaissance attendue et… Plus précoce que prévu.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité