• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Aisne: achetés pour finir leurs jours dans des prairies, les vieux chevaux sont finalement vendus à des abattoirs

L'affaire semble faire le tour des centres équestres et des propriétaires de chevaux axonais: selon nos confrères de l'Union, un homme habitant Rethel dans les Ardennes achète de vieux chevaux promettant à leur propriétaires une fin de vie au grand air et les vend finalement à des abattoirs.

Par Jennifer Alberts

La gendarmerie de Villers-Cotterêt dans l'Aisne aurait déjà saisie de deux plaintes visant les agissements de cet homme.

La première plainte émane d'une ferme équestre de Rethel dans les Ardennes: les propriétaires de la ferme de la Cense lui auraient vendu pour 400€ pièce en septembre 2011 2 chevaux âgés de 19 et 20 ans pour leur assurer une retraite paisible au grand air. 
C'est d'ailleurs ce que leur a confirmé l'acheteur: "il voulait nos chevaux pour calmer ses poulains", selon la directrice du centre équestre.

Quelle ne fut pas la surprise des propriétaires d'apprendre par l'institut français du cheval et de l'équitation (IFTS, ex-Haras nationaux), qui assure la traçabilité des équidés via des puces électroniques obligatoires, que les 2 bêtes avaient fini leurs jours dès la mi-novembre 2011 dans des abattoirs du nord de la France.

Vendre un cheval à un abattoir n'a rien d'illégal en soit. Mais l'abus de confiance vis-à-vis des anciens propriétaires pourrait être retenu. D'autant, que répétée plusieurs fois, l'opération se révèle vite rentable: l'homme incriminé revendrait les chevaux le double de leur prix d'achat.

Et l'opération a été répétée plusieurs fois ! 

A l'été 2012, un couple de Soissonnais aurait vendu pour 200€ pièce cette fois 2 chevaux déjà bien avancés en âge. L'un finira dans un abattoir de l'Hérault en janvier tandis que l'autre aurait été abattu en novembre...

En avril dernier, un centre équestre du Soissonnais apprend que 2 de leurs bêtes vendus au même homme ont fini leurs jours la première dans un abattoir hollandais, la seconde en novembre dernier dans un lieu non-précisé.

Devant la multiplication des cas dans le secteur, la mobilisation du milieu équestre n'a pas tardé...L'histoire passe de bouche à oreille...L'attention portée à cette affaire est telle qu'une vente dans les Ardennes aurait ainsi pu être annulée...

Plusieurs autres propriétaires de chevaux semblent avoir été approchés par cet homme: des cas suspects de chevaux achetés pour être revendus à des abattoirs auraient été recensés dans la région amiénoise...



Sur le même sujet

Enquêtes de région : “Notre cher patrimoine”

Les + Lus