La justice annule la fermeture des douanes d'Hirson

© Fr3 Picardie
© Fr3 Picardie

Après six mois de bataille judiciaire, nouvelle victoire pour la CFDT Douanes : le tribunal administratif de Montreuil annule la fermeture du poste d'Hirson (Aisne) voulue par l'Etat, qui peut encore faire appel.

Par Mickael Guiho

"On a gagné ! C'est un camouflet pour les ministres", se réjouit David-Olivier Caron, secrétaire interrégional CFDT Douanes. Ce vendredi 17 février, il a appris que le tribunal administratif de Montreuil, que le syndicat avait saisi en attaquant l'Etat, lui donne raison : la fermeture des douanes d'Hirson (basées précisément à Macquenoise, dans l'Aisne), est annulée.

Annoncée le 13 mai 2016 par une note de l'ex-directrice interrégionale de Lille (récemment remplacée), cette fermeture, qui impactait 4 agents et autant de familles, fait l'objet d'une bataille judiciaire entre l'Etat et le syndicat, à rebondissements, avec plusieurs suspensions et relances.

L'Etat va-t-il ravaler son chapeau ?

La CFDT n'a pas encore reçu le jugement et ne connait donc pas ses motivations, elle avait deux arguments qui ont probablement été entendus : la fermeture se base sur un rapport trop ancien (2012) et son exécution prévue était trop rapide pour les familles (l'Etat voulait initialement fermer les locaux le 31 décembre 2016).

L'Etat dispose de deux mois pour faire appel devant le Conseil d'Etat. "Vont-ils oser insister sur la fermeture d'une structure, à 10 semaines de l'élection présidentielle ?, se demande David-Olivier Carron. C'est rarement populaire." Et lancer une nouvelle procédure de fermeture après l'élection ? "C'est possible, mais avec les délais administratifs, ça pourrait prendre deux ans." 

Les douaniers restent au travail

Depuis plusieurs semaines, les quatre agents du dernier poste frontalier de Picardie travaillent - toujours sur place mais - sous les ordres de la direction basée à Maubeuge.

"Fermer ce poste reviendrait à créer un trou de 150km entre Maubeuge et Charleville-Mézières", argue le syndicaliste. De son côté, l'Etat est engagé dans une réorganisation de ses services et mise sur des brigades volantes, présentées comme plus efficaces.

La CFDT réclame le rétablissement immédiat de l'autonomie des douaniers d'Hirson... et même de nouveaux effectifs : "Si on maintient, il faut renforcer, pour mener à bien notre mission."

Sur le même sujet

Les + Lus