À Beauvais, l'insécurité inquiète les commerçants des Champs Dolent

La galerie commerciale des Champs Dolents, à Beauvais. / © France 3 Picardie
La galerie commerciale des Champs Dolents, à Beauvais. / © France 3 Picardie

Des coups de feu en pleine journée, une terrasse de café dégradée, des intimidations au quotidien. Voilà le tableau dépeint par les commerçants des Champs Dolent à Beauvais. Malgré la rénovation du centre commercial, un petit espace mal éclairé entretient un lourd sentiment d'insécurité. 

Par AR / Christelle JUTEAU- LERMECHIN

À première vue, le centre commercial rénové a l'air paisible dans le quartier d'Argentine à Beauvais. Mais à cause d'un passage sombre où prospèrent les trafics, les commerçants ne se sentent pas en sécurité. 

"Nous avons demandé la fermeture de ce passage à la mairie, ainsi que des [rondes policières] plus régulières, ce qui a déjà commencé, mais il faudrait que cela continue" espère Ali Yahia, président de l'association des commerçants du quartier. 

Je veux la sécurité pour ma clientèle


Place de France, juste à côté, des coups de feu ont été tirés le 18 mars dernier. Et les commerces sont aussi parfois visés, comme la boulangerie d'Habib Khamchoum. "J'ai été vandalisé deux fois, on n'a jamais eu de suite", regrette-t-il. "Je suis un simple commerçant, je suis père de famille, je ne veux pas d'histoires, mais la sécurité et celle de ma clientèle" précise-t-il. 

À Beauvais, l'insécurité autour des Champs Dolent inquiète les commerçants
Intervenants : Ali Yahia , Président de l'association des commerçants, Habib Khamchoum Boulanger, Franck Pia , Maire adjoint (LR) Equipe : JUTEAU- LERMECHIN Christelle, BENGHEZALA Nagib, DUFOUR Sébastien - France 3 Picardie

Le fermeture du passage en négociation 


Côté mairie, les négociations sont en cours avec le propriétaire pour fermer le passage litigieux. En attendant, la municipalité va installer deux nouvelles caméras de surveillance et renforcer les rondes de la police municipale.

En revanche, les effectifs policiers n'augmenteront pas. "Le premier point serait de renforcer les effectifs de la police nationale, et c'est à l'Etat d'y veiller" indique le maire adjoint Franck Pia. 

En septembre 2011, le commissariat de proximité du quartier avait fermé ses portes. Pour certains commerçants, il ne faut pas chercher plus loin la cause de l'augmentation de l'insécurité dans ce quartier de 15 000 habitants.
 

Sur le même sujet

Franck Franck Benoit, directeur de production à la cuisine centrale d'Amiens

Près de chez vous

Les + Lus