Procès Bettencourt : relaxe requise pour Eric Woerth

Le procureur adjoint Gérard Aldigé a requis, vendredi 20 février, la relaxe du député UMP Eric Woerth, poursuivi pour "recel" dans le procès Bettencourt, et de l'entrepreneur audiovisuel, Stéphane Courbit, jugé pour "abus de faiblesse".

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

N'estimant pas suffisantes les charges à leur encontre, le procureur adjoint Gérard Aldigé a requis vendredi 20 février la relaxe du député UMP Eric Woerth, poursuivi pour "recel" dans le procès Bettencourt, et de l'entrepreneur audiovisuel Stéphane Courbit, jugé pour "abus de faiblesse".

Le représentant de l'accusation a rappelé qu'en juin 2013, à l'issue de l'instruction du volet "abus de faiblesse" de l'affaire Bettencourt, il avait déjà "requis un non-lieu" en faveur d'Eric Woerth et de Stéphane Courbit, ainsi que pour trois autres prévenus : l'avocat Pascal Wilhelm, le notaire Patrice Bonduelle et Alain Thurin, ex-infirmier de Liliane Bettencourt.