Webstoreamiens.fr, un magasin virtuel pour le commerce local

Nicolas Treilhou était commerçant à Amiens. Mais il n'a pas résisté à Internet. Il s'est alors penché sur le marché de la vente en ligne et a constaté que le commerce local n'y était pas représenté. Il a donc crée webstoreamiens.fr, un site de ventes promotionnelles émanant des commerces amiénois.

Par Jennifer Alberts

Nicolas Treilhou avait un magasin de meubles et d'objets contemporains à Amiens. Un magasin qu'il a fini par fermer: "Internet et ses sites de ventes privées me prenait trop de parts de marchés"

Lui-même client de ces sites, il n'en était cependant pas totalement satisfait: "des délais et des frais de livraison, les articles reçus pas toujours conformes à ceux que j'avais achetés. En tant que client, je n'étais jamais pleinement satisfait"...Autant d'inconvénients que la distance entre le vendeur et l'acheteur ne faisait qu'amplifier.

Alors Nicolas Treilhou a eu l'idée d'un grand magasin virtuel de ventes promotionnelles à côté de chez lui: quoi de plus agréable que d'acheter un objet sans se déplacer de chez soi et d'aller le chercher directement chez le commerçant entre l'école du petit dernier et le cours de piscine de l'aîné !

Mais il fallait affiner le concept pour qu'il colle parfaitement aux besoins des vendeurs et aux demandes des acheteurs. Après plusieurs mois de démarchages chez ses anciens collègues amiénois, Webstoreamiens.fr était né....C'était en juin 2012.

Ce site de ventes promotionnelles et évènementielles de proximité sur Internet offre tous les avantages du commerce et d’Internet. Nicolas Treilhou travaille aussi bien avec de petits commerçants qu'avec de grandes chaînes. Les seules règles: "être installé dans la métropole amiénoise et avoir un magasin physique…et ne pas me proposer de vendre des raclettes en juillet ! "

Car la particularité de Webstore Amiens est bien celle-ci: vous achetez une offre ou un produit sur Internet et vous allez chercher votre achat directement dans le magasi. Cela évite les délais et des frais de livraison et permet également d’avoir un conseil de professionnel en direct. Pour les commerçants de vêtements, ce concept autorise les échanges immédiats dans le magasin-même……

Si l'acheteur y trouve son compte, le commerçant vendeur également: c'est un moyen de se faire connaître et de faire venir des clients qui n'en auraient peut-être pas eu l'idée. 
Webstore Amiens est pour eux une vitrine publicitaire intéressante. C'est d'ailleurs le modèle économique choisi par Nicolas Treilhou: il ne prend aucun pourcentage sur les ventes réalisées grâce au site. Il ne facture que la mise en ligne de l'offre, comme le serait une publicité: pour une page, qui reste en général entre 7 et 10 jours sur le site, il faut compter un peu plus de 200 euros.
C'est aussi l'occasion pour les commerçants d'écouler des stocks en dehors des périodes légales de soldes.

Amiens webstore
Avec Nicolas Treilhou, créateur d'Amiens Webstore et José Rodrigues, responsable rayon HI-FI Vidéo/Reportage de Jean-Pierre Rey et Mustapha Nezzari


S'il veille à diversifier ses offres, Nicolas Treilhou avoue 3 types de clients récurrents: les produits, les services notamment dans la beauté et la restauration. Ces 2 derniers secteurs drainent d'ailleurs le plus grandes nombres de ventes.

Mais il a vendu de tout, Nicolas Treilhou: de la viande, des poules (vivantes!), du pain, des pommes de terre. A Noël, il a vendu des sapins avec le service de reprise par le magasin. Et pour la St Valentin, il a proposé des bouquets de 150 roses ! "Il fallait les 2 bras pour en porter un! "

S'il a plafonné à 100 ventes les 1ers mois, Webstore Amiens a aujourd’hui conquis près de 3.300 clients et compte jusqu'à 1500 visites par jour.

Nicolas Treilhou travaille seul, chez lui près de Saveuse dans la Somme. Cette nouvelle activité commence à être rentable: il peut se verser un petit salaire chaque mois.

Et il semble faire des émules: il a reçu plusieurs appels de toute la France de personnes intéressées par sur la création d’un webstore dans leur ville. Des municipalités l'ont également contacté.

Sur le même sujet

La pêche électrique en question

Les + Lus