Un drone-avion au service des agriculteurs picards pour mesurer l'apport d'azote dans les champs

Publié le Mis à jour le
Écrit par Halima Najibi avec l'AFP

La chambre d'agriculture de la Somme vient d'acquérir un drone. Il n'en existe que 4 en France. Objectif : permettre aux  agricultures de gérer au mieux la fertilisation du blé et du colza. Actuellement, ce dispositif est en phase d'expérimentation sur 3000 hectares de blé.

L'investissement est important, 35.000 euros pour une petite aile ultra-légère et le matériel informatique nécessaire au fonctionnement. Le drone doit permettre d'aider à limiter l'utilisation d'azote dont les agriculteurs nourrissent leurs cultures pour améliorer leurs rendements.
L'expérimentation doit se terminer mi-mai. Les agriculteurs samariens pourrons l'utiliser dès l'automne prochain.  

durée de la vidéo: 01 min 54
La chambre d'agriculture de la Somme se dote d'un drone




Les mesures prises par le drone sont plus précises que celles des satellites, il est plus flexible dans son utilisation et moins sensible aux changements météorologiques. 


L'utilisation revient à environ 10 à 15 euros par hectare pour l'agriculteur. La chambre ambitionne d'acquérir l'an prochain un drone-hélicoptère, qui permet
de voler plus bas (entre 1 et 5 mètres) et surtout de s'arrêter à un endroit précis. Une telle utilisation permettrait d'étendre l'usage du drone à des fonctions de détection de maladies ou de désherbage.