Cet article date de plus de 3 ans

Placements, assurance-vie et droits d'auteur : Emmanuel Macron publie sa déclaration de patrimoine

Comme les dix autres candidats à la présidentielle, Emmanuel Macron a mis en ligne, mercredi, la déclaration de son patrimoine sur le site de la Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP). Rien ne change par rapport à ce qu'il avait déjà déclaré il y a plusieurs semaines.

Emmanuel Macron lors d'un discours devant l'association des maires de Franc (AMF)
Emmanuel Macron lors d'un discours devant l'association des maires de Franc (AMF) © Maxppp
Le leader d'En Marche! avait déjà pris les devants il y a quelques semaines en renseignant le détail de son patrimoine à la presse. Comme les dix autres candidats à la présidentielle, il publie sur le site de la Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP) le détail de ses emprunts, biens, son assurance vie, etc.


Dans sa déclaration, Emmanuel Macron confirme qu'il ne possède aucune propriété immobilière à son nom. Son patrimoine consiste dans un fonds de placement dans les PME (61.516 euros) ainsi que dans des placements en compte-titre et en PEA pour un montant total d'environ 65.000 euros.

Emmanuel Macron doit rembourser près de 246 000 € au titre de l'emprunt levé en 2011 pour financer des travaux de la maison de son épouse Brigitte au Touquet, dont la valeur dépasse les 1,45 million d'euros. 


Présidentielle 2017 : découvrez le patrimoine des grands candidats
Le candidat d'En Marche ! détient en outre près de 92.000 euros d'assurance vie et un peu plus de 116.000 euros répartis sur ses 9 comptes au Crédit Mutuel. Son compte courant, lui, est à découvert de -4500 euros.

Enfin, pour son livre-programme Révolution, il a touché plus de 274.000 euros d'avance sur les droits d'auteur. 

Des incohérences pointées du doigt

Le patrimoine du candidat, qui ne porte pas la trace des revenus de l'époque où il était banquier, pose question. Cet argent aurait été absorbé par divers remboursements d'emprunts et des impôts qui ne figureraient pas sur cette déclaration. 

Dans le JDD, son porte-parole Sylvain Fort avait évoqué un train de vie élevé et de nombreuses dépenses justifiés par sa fonction de banquier chez Rotschield.Ces déclarations sont publiées pour la première fois, conformément aux lois sur la transparence adoptées en 2013 après l'affaire Cahuzac.

Conformément à une décision du Conseil constitutionnel en octobre 2013, "ces déclarations n'ont fait l'objet d'aucun contrôle de la Haute autorité", rappelle celle-ci dans un communiqué. Elles figureront sur le site de la Haute autorité jusqu'à l'issue du premier tour, le 23 avril. Les déclarations des deux finalistes demeureront ensuite en ligne jusqu'à l'issue de l'élection présidentielle. 

Les candidats doivent déposer ou faire déposer au Conseil constitutionnel, sous pli scellé, une déclaration de leur situation patrimoniale. Cette déclaration de patrimoine porte sur les éléments suivants :
  • Les immeubles bâtis et non bâtis ;
  •  
  • Les parts de société civiles immobilières ;
  •  
  • Les autres valeurs mobilières non cotées en bourse ;
  •  
  • Les instruments financiers et le compte sur lequel ils sont détenus ;
  •  
  • Les assurances vie ;
  •  
  • Les comptes bancaires courants et les produits d’épargne ;
  •  
  • Les biens mobiliers divers d’une valeur unitaire supérieure à 10 000€ ;
  •  
  • Les véhicules terrestres à moteur, bateaux et avions ;
  •  
  • Les fonds de commerce ou clientèles et les charges et offices ;
  •  
  • Le montant des espèces détenues au 1er janvier 2017 s’il est supérieur à 10 000€ ;
  •  
  • Les biens mobiliers, immobiliers et les comptes détenus à l’étranger ;
  •  
  • Les autres biens (notamment les comptes courants de société, les stock-options d’une valeur supérieure à 10 000€) ;
  •  
  • Les éléments du passif (dettes, crédits, emprunts…).
Cette déclaration de situation patrimoniale précise, pour chacun de ces éléments s’il s’agit de biens propres, de biens de la communauté ou de biens indivis. Ces biens sont évalués à la date du 1er janvier 2017.

Elle doit être exhaustive, exacte, sincère et certifiée sur l’honneur.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élection présidentielle politique élections