Policiers "bande de nazis": Gérald Darmanin annonce une plainte contre Jérôme Rodrigues, figure des "Gilets Jaunes"

Le ministre nordiste de l'Intérieur Gérald Darmanin a annoncé ce jeudi porter plainte contre le "gilet jaune" Jérôme Rodrigues, qui a assimilé des policiers à une "bande de nazis".
 
Gérald Darmanin a annoncé sur Twitter qu'il portait plainte contre le "Gilet Jaune" Jérôme Rodrigues pour des propos tenus sur Twitter.
Gérald Darmanin a annoncé sur Twitter qu'il portait plainte contre le "Gilet Jaune" Jérôme Rodrigues pour des propos tenus sur Twitter. © AFP / Montage France 3
"Les propos de M. Rodrigues envers la police sont ignobles. Au nom du ministère et pour défendre l'honneur de tous les policiers, je dépose plainte", a tweeté Gérald Darmanin. Le ministre réagissait à un tweet de Jérôme Rodrigues dans lequel il comparait des policiers à "une bande de nazis" lors d'un échange sur Twitter avec le syndicat Synergie-officiers.

Faisant référence à son appel à manifester samedi à Paris, M. Rodrigues avait demandé aux manifestants de ne pas donner leur identité en cas d'interpellation.

"Dans le pire des cas, vous passerez quatre heures maximum au commissariat. Mais auront-ils suffisamment de place pour nous accueillir ?", disait-il dans un message posté sur les réseaux sociaux. "Nous avons suffisamment de place pour vous accueillir", a répondu le syndicat Synergie-officiers, s'attirant une nouvelle réponse du "gilet jaune". "C'est clair bande de nazis vous irez ouvrir le camp de concentration disponible au nord-est de Paris celui que vous tentez de cacher aux médias", a-t-il écrit sur Twitter.

Jérôme Rodrigues n'a également pas tardé à réagir à l'annonce du dépôt de plainte de Gérald Darmanin. "Vous irez aussi porter plainte face aux insultes qu'ils (les policiers, ndlr) me lancent ! Chez vous la justice ne marche que dans un sens et je le répète vous m'avez mutilé vous m'avez insulté et jamais je ferais silence !", a-t-il écrit sur Twitter.  Le syndicat Synergie a également annoncé qu'il porterait plainte.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
gilets jaunes police société sécurité politique gérald darmanin