Pourquoi des reliques de Saint-Valentin se trouvent-elles en Belgique ?

Les paroissiens de Montignies-sur-Sambre veillent sur les reliques de Saint-Valentin
Les paroissiens de Montignies-sur-Sambre veillent sur les reliques de Saint-Valentin

Soyons clairs : Saint-Valentin n'est pas né belge. Mais à Montignies-sur-Sambre, près de Charleroi, les paroissiens conservent précieusement les reliques du martyr, désormais patron des amoureux. 

Par JB/EM

Elles sont là, bien à l'abri dans l'église Saint-Rémy de Montignies-sur-Sambre, près de Charleroi en Belgique. Les reliques de Saint-Valentin ne sont pas très connues et pourtant les paroissiens sont fiers de les conserver. Mais qui était ce Valentin et pourquoi certaines de ses reliques se trouvent-elles en Belgique ?
 
 

Le Valentin des amoureux


Le 14 février est en général associé au jeune martyr Valentin de Terni, martyrisé sous le règne de l’empereur romain Claude II le Gothique. Cet empereur, qui se battait contre les Chrétiens, voulait en effet interdire leurs mariages pour envoyer d'avantage d'hommes à la guerre. Valentin, jeune prêtre, décide alors de marier des amoureux en secret, jusqu'à ce qu'il soit envoyé en prison.

Là-bas, il fait la rencontre de Julia, la fille de son geôlier. Ils deviennent amis mais Julia est aveugle, alors Valentin prend soin, chaque jour, de lui décrire le monde. Jusqu'à ce que le miracle se produise : Julia retrouve la vue. La nouvelle arrivant aux oreilles de l'empereur, il ordonne l'exécution de Valentin, qui finit roué de coups sur la voie publique. Toute la famille de Julia se convertira par la suite au Catholicisme, en guise de remerciement au martyr.

Le pape Alexandre IV, au XIIIe siècle, le nomme "patron des amoureux", et le jeune Valentin se retrouve célébré à chaque 14 février. 
 
Saint-Valentin repose à Montignies-sur-Sambre
 

Le voyage des reliques


Au départ, les reliques de Saint-Valentin sont placées dans l'église construite à son nom par le Pape Jules Ier, sur la Via Flaminia, en Italie. Puis elles sont transférées à l'église Sainte-Praxède, à Rome. 

C'est en 1870 que commence le voyage vers la Belgique. A cette période-là, la ville de Rome est occupée et le Pape Pie IX se voit confiné au Vatican pour éviter le bain de sang. C'est à ce moment-là que le curé Léopold Chappuis en appelle à ses paroissiens pour encourager le Pape et lui montrer leur soutien.

Pour les remercier, le Pape leur promet donc de leur envoyer les reliques d'un Saint. Ce seront celles de Saint-Valentin, qui arrivent à Montignies-sur-Sambre le 10 août 1874. Les reliques sont conservées dans une châsse : "A l'intérieur, une petite boite avec des ossements de Saint-Valentin et une fiole de sang", explique à la RTBF une paroissienne, "mais ça personne ne les a jamais vus, la châsse a été scellée à l'époque". 
 
L'église de Montignies-sur-Sambre
L'église de Montignies-sur-Sambre
 

Plusieurs Valentin ?


La Belgique est-elle devenue, à ce moment-là, le pays des amoureux ?  Pas sûr car on trouve d'autres Saint-Valentin. Dans l'Histoire, 2 Valentin ont été canonisés (Valentin de Rome, Valentin de Rhétie) mais les spécialistes affirment désormais que les deux n'en font qu'un.

Ses ou leurs reliques sont éparpillés à de nombreux endroits en Europe : à Dublin, à Roquemaure et à Saint-Pierre-du-Chemin, en Vendée. 

 

Sur le même sujet

La pêche électrique en question

Les + Lus