Prison de Bapaume : un détenu fouillé à nu illégalement demande la condamnation de l'Etat

La prison de Bapaume / © MAXPPP
La prison de Bapaume / © MAXPPP

Un ex-détenu de la prison de Bapaume a porté lainte auprès du tribunal administratif pour des fouilles à nu, illégales selon son avocat.

Par AFP

16 fouilles à nu en un an. Un ancien détenu de la prison de Bapaume a demandé pour cela la condamnation de l'Etat. Le rapporteur public du tribunal administratif de Lille l'a suivi. Il a demandé à ce qu'il soit indemnisé à hauteur de 1600 euros. 

Le jugement doit être rendu sous un mois mais le tribunal administratif suit à 95% des cas les conclusions du rapporteur public, à fortiori dans ce genre de cas "extrêmement fréquent", a-t-il ajouté. M. Ciaudo s'est dit "ravi de constater" que le rapporteur public ait "pris conscience de l'illégalité du caractère systématique des fouilles à nu en détention, (...) une pratique inhumaine et dégradante pour des personnes incarcérées qui n'ont pas à faire l'objet de tels traitement".

Selon son avocat Me Alexandre Ciaudo, avocat au barreau de Dijon et spécialiste en droit pénitentiaire, cet ancien détenu, libéré en 2018, a été régulièrement fouillé à nu au cours de son incarcération. Or l'article 57 de la loi du 24 novembre 2009 interdit les fouilles systématiques en prison.

 

S'il n'y a pas de recherche de téléphone portable ou de stupéfiant, il n'y a aucune justification de cette pratique


"Le tribunal applique la jurisprudence de la Cour européenne des droits de l'Homme en exigeant que les fouilles à nu soient décidées en fonction de la personnalité et de la dangerosité du détenu, et non de façon systématique", a-t-il poursuivi. "Les surveillants ont parfois tendance à infliger la fouille en sanction d'un comportement d'un détenu alors qu'elle n'est pas justifiée. La fouille à nu doit être une mesure de prévention et de protection de l'ordre public, et non de sanction", a-t-il également souligné.

"S'il n'y a pas de recherche de téléphone portable ou de stupéfiant, il n'y a aucune justification de cette pratique si ce n'est la volonté d'humilier un détenu dans le but d'avoir un ascendant sur lui. Ce sont des usages qu'il faut changer."

Sur le même sujet

Les + Lus