Protection de l'enfance : l'État lance un plan d'action dans la Somme, le Nord et le Pas-de-Calais

L'État a sélectionné 30 départements français pour mettre en oeuvre son plan d'action national pour le bien-être des enfants et des familles, parmi lesquels la Somme, le Nord et le Pas-de-Calais.
Une enveloppe de 80 millions d'euros sera allouée à 30 départements pour améliorer les dispositifs de protection de l'enfance.
Une enveloppe de 80 millions d'euros sera allouée à 30 départements pour améliorer les dispositifs de protection de l'enfance. © BENELUXPIX/MAXPPP
L'objectif annoncé est ambitieux : garantir "les mêmes chances et les mêmes droits à tous les enfants", grâce à une stratégie nationale mise en oeuvre dans 30 départements retenus par l'État. Avec une enveloppe de 80 millions d'euros, ces départements, dont font partie la Somme, le Nord et le Pas-de-Calais, s'engagent à améliorer significativement les dispositifs de protection de l'enfance, d'ici 2022.

Comprendre les failles du système actuel 


À l'heure où les méthodes de l'Aide sociale à l'enfance (ASE) sont de plus en plus critiquées, le gouvernement mise sur cette stratégie nationale pour renouer le lien de confiance entre les citoyens, les acteurs de la protection de l'enfance et les institutions.

Depuis plusieurs mois, les reportages chocs à propos de la situation des enfants placés se multiplient, montrant à la France entière la situation de grande précarité des anciens enfants placés et la violence qui se cache derrière les murs des centres d'hébergement. L'ASE, et par extension, les départements qui en ont la charge, sont au coeur des polémiques.

Plusieurs rapports parlementaires et une concertation nationale ont permis d'établir les problèmes majeurs qui ont amené à la situation actuelle : la reproduction des inégalités de génération en génération, le découragement des professionnels qui déplorent un manque de moyens criant, le système de répérage des signaux d'alerte défaillant, les délais d'intervention trop long et le manque de coordination entre les différents acteurs.
 
Les chiffres de la protection de l'enfance
Infogram

Mieux accompagner les enfants... 


La difficulté du travail sur la protection de l'enfance réside dans la multiplicité des causes de mal-être et de précarité. En dehors des cas de maltraitance physique ou psychologique, l'enfant peut faire face à une multitude de difficultés, qu'elles soient d'ordre sanitaire, social ou encore éducatif. Le ministère des Solidarités a donc élaboré sa stratégie autour quatre axes de travail : la santé, l'éducation, la sécurité affective et l'autonomie après 18 ans.

Concrètement, le Département de la Somme prévoit par exemple de créer une équipe spécialisée pour accompagner les enfants de l'ASE en situation de handicap, de renforcer les moyens pour accompagner les jeunes majeurs sortant des dispositifs de protection de l'enfance, ou encore de travailler sur les problématiques d'échec ou de décrochage scolaire. 

... et garantir leur sécurité


Le conseil départemental du Nord a, lui, annoncé sa volonté de mieux accompagner la prise de fonction des nouveaux professionnels de l'ASE. Une mesure qui devrait participer à une meilleure prise en charge des enfants, notamment dans les centres d'hébergement, dont les dérives ont été mises en lumière à plusieurs reprises dans les médias. 
 
En janvier 2021, 30 nouveaux départements devraient à leur tour entrer dans ce dispositif. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
social société jeunesse famille