Quiz “Brexit” : quelles personnalités britanniques sont pour une sortie de l'UE ? Lesquelles sont contre ?

David Cameron, Ken Loach et le patron de Virgin, Boris Johnson, John Cleese et le créateur des aspirateurs Dyson: tour d'horizon des principales personnalités qui sont intervenues outre-Manche dans la campagne du référendum sur l'UE. A vous de trouver leur camp en répondant à ce quiz.

Par avec AFP

Le camp pro-UE

- David Cameron: c'est le Premier ministre qui, en 2013, avait promis d'organiser un référendum sur l'UE pour tenter de calmer la frange eurosceptique du Parti conservateur. Depuis, celui qui se définit comme "eurosceptique" s'est mué en fervent défenseur du maintien du Royaume-Uni dans le bloc des 28.
- Richard Branson: l'entrepreneur milliardaire et patron de Virgin a brandi le spectre d'une guerre commerciale en cas de Brexit, affirmant qu'il s'agirait de "l'un des jours les plus tristes pour le Royaume-Uni". "Je ne vois pas pourquoi l'UE serait gentille avec nous si nous la quittons. Personnellement, si j'étais à sa place, je voudrais faire payer les gens qui désertent le navire", a-t-il dit.

- Jeremy Corbyn: longtemps silencieux, le très à gauche leader travailliste, contesté dans son propre camp, a fini par appeler les Britanniques à voter pour le maintien du Royaume-Uni dans une UE certes "imparfaite" mais "protectrice".

- Ken Loach: le cinéaste a exposé la position ambivalente de beaucoup d'électeurs de gauche, insatisfaits de l'UE jugée trop libérale, mais enclins à voter pour y rester afin d'échapper à un gouvernement britannique "très à droite" en cas de Brexit.

- Nicola Sturgeon: la Premier ministre écossaise et patronne du Parti nationaliste écossais (SNP) a répété inlassablement qu'un Brexit pourrait justifier un nouveau référendum d'autodétermination si l'Ecosse votait, elle, pour rester dans l'UE.

- Justin Welby: l'Archevêque de Canterbury, leader spirituel des Anglicans dans le monde, a mis en garde contre le danger "de céder à nos pires instincts" en votant pour quitter l'UE par peur de l'immigration.

Le camp du Brexit

- Boris Johnson: l'ex-maire de Londres a pris la tête du camp pro-Brexit pour inciter les Britanniques à "reprendre le contrôle". Friand de polémiques, le bouillonnant "BoJo" a multiplié les phrases choc, sans craindre l'outrance. En mai, il a affirmé que Bruxelles se comportait comme Adolf Hitler en essayant de créer un super-Etat. En cas de Brexit, il fait figure de favori pour succéder à David Cameron.

- Nigel Farage: personnage controversé, le leader du parti anti-immigration Ukip n'a pas été invité à participer à la campagne officielle de "Vote Leave". Cela ne l'a pas empêché d'être très visible, notamment lorsqu'il a remonté la Tamise à la tête d'une flottille de pêcheurs jusqu'au Parlement de Westminster.

- Michael Gove: le ministre de la Justice est l'un des cinq membres pro-Brexit du gouvernement conservateur. Invité de nombreux débats, il a occupé la fonction de lieutenant de Boris Johnson. En cas de Brexit, les six ministres rebelles pourraient être appelés à de plus hautes responsabilités. Dans le cas contraire, ils seront les premiers menacés par un possible remaniement.

- James Dyson: le créateur des aspirateurs du même nom a qualifié de "foutaises" les prévisions alarmistes quant aux risques d'un Brexit pour l'économie, à rebours de la majorité des entrepreneurs qui se sont prononcés en faveur du statu quo.

- Roger Daltrey: le chanteur du groupe The Who a dit au Sun qu'il allait "certainement voter pour sortir", jugeant que l'UE "a été créée par la ruse". "Si ça a l'odeur d'un rat et si ça ressemble à un rat, c'est probablement un rat", a-t-il dit. "Et avouons-le, l'Europe a une odeur".

- John Cleese: l'un des acteurs des Monty Python a accusé les bureaucrates de faire disparaître "toute trace de responsabilité démocratique" au sein de l'UE. Parmi les réformes qu'il a évoquées figurent celles "d'abandonner l'euro, de faire rendre des comptes, et de pendre Jean-Claude Juncker".

Sur le même sujet

Les + Lus