• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

RC Lens-Percheron-Mammadov : 5 questions qui dérangent

Daniel Percheron. Hafiz Mammadov. Ils se sont rencontrés fin septembre à Bakou pour parler du RC Lens. / © MAXPPP/MONTAGE FRANCE 3
Daniel Percheron. Hafiz Mammadov. Ils se sont rencontrés fin septembre à Bakou pour parler du RC Lens. / © MAXPPP/MONTAGE FRANCE 3

Pourquoi un rendez-vous secret ? Qui a payé ? Dans quel but ? Les questions autour du voyage de 3 jours de Daniel Percheron, président du Conseil régional Nord Pas-de-Calais, en Azerbaïdjan, ne manquent pas. 

Par EM & YF

Qui a financé le voyage de Daniel Percheron à Bakou (Azerbaïdjan) pour rencontrer Hafiz Mammadov, actionnaire principal du RC Lens ? 

Réponse : le Conseil régional Nord Pas-de-Calais. C'est bien dans le cadre de ses activités de président de région que Daniel Percheron s'est rendu à Bakou du 26 au 29 septembre dernier. Son cabinet nous l'a confirmé. Tous les frais, comme ceux de tous les voyages ou missions des élus du Conseil régional, ont été pris en charge par la collectivité. Une délibération a été prise en ce sens lundi 5 octobre, quelques jours après le voyage. Elle a été présentée en Commission permanente au titre de ce qu'on appelle les mandats spéciaux, comme le montre le document public ci-dessous. 
Extrait de la délibération, votée ce lundi 5 octobre 2015 lors de la Commission Permanente du Conseil régional Nord Pas-de-Calais, relative aux mandats spéciaux des conseillers régionaux. / ©
Extrait de la délibération, votée ce lundi 5 octobre 2015 lors de la Commission Permanente du Conseil régional Nord Pas-de-Calais, relative aux mandats spéciaux des conseillers régionaux. / ©
On ignore le montant de ce déplacement. La délibération précise simplement que tous les "frais de transport, de restauration et d'hébergement" sont pris en charge ainsi que les éventuels "frais supplémentaires". 

Cette délibération (il y en avait plus de 500 ce lundi) n'a pas fait l'objet de débat ou de remarques particulières en Commission permanente. "Je ne m'en souviens pas, nous a déclaré dans un premier temps le président du groupe Les Républicains Philippe RapeneauÇa ne me dit rien du tout. Ça a dû nous échapper." Il nous a ensuite rappelé, après avoir regardé l'intitulé exact de la délibération : "Coopération internationale avec l'Azerbaïdjan dans l'organisation de l'Euro 2016." Une formulation qui ne fait aucune référence au RC Lens ou Hafiz Mammadov et qui, après coup, pose question au conseiller régional : "Il y a un loup. Cet intitulé, ça me paraît gros. Généralement, sur les mandats spéciaux, on fait confiance par principe aux élus. Mais sur ce déplacement précis, ça me paraît gros. Est-ce le rôle du président de la région d'aller essayer de régler les problèmes d'un club de football ? M.Percheron est tellement passionné que son comportement avec le RC Lens est un peu irrationnel. Là, il est sorti du cadre de son rôle de président." Philippe Rapeneau a justement rencontré Gervais Martel ce vendredi à Bollaert dans le cadre de la campagne électorale pour les régionales.


Pour le cabinet de Daniel Percheron, tout s'est fait en transparence et il n'y a donc aucun souci : "Le Conseil régional a mis 70 millions d'euros dans la rénovation du stade Bollaert. Le président, dans son activité de président, a eu l'occasion de beaucoup voyager dans l'intérêt de la région. Lorsqu'il s'est agi du Louvre-Lens, il est allé aux Emirats Arabes Unis. Il est allé avec la Chambre de commerce au Danemark... Là, le sujet est important pour le bassin minier et l'Euro 2016." Le cabinet nous a confirmé que Daniel Percheron n'avait rencontré à Bakou qu'Hafiz Mammadov et personne d'autre. 

Le Front National s'est abstenu sur cette délibération : "Ça fait partie d'une démarche de fin de règne, affirme Philippe Eymery du groupe FN. M. Percheron sort clairement de ses compétences. Il s'occupe de choses qui ne sont pas dans son rôle. Ce n'est pas le rôle d'un président du Conseil régional d'aller négocier une ouverture de capital avec M.Mammadov. Qu'il s'occupe de la région qui en a besoin. C'est clair, non ?"

Pourquoi Gervais Martel n'a-t-il pas été mis au courant de ce voyage ? 

Un président de Conseil régional qui rend visite à l'actionnaire principal d'un club de sa région sans prévenir le président de ce club, ce n'est pas courant. Un président de Conseil régional qui négocie des questions de gouvernance avec l'actionnaire principal d'un club de sa région sans que le président (et actionnaire minoritaire) n'en soit informé et sans que ce dernier ne soit d'accord sur le fond (Gervais Martel a toujours dit son désaccord avec le principe des socios), c'est encore plus rare.

Gervais Martel l'a pourtant écrit dans un communiqué ce mercredi 7 octobre, il n'était pas au courant de ce voyage :"(Gervais Martel) trouve néanmoins surprenant que cette démarche ait pu avoir lieu sans qu’il en ait été informé au préalable par M. Daniel Percheron, à fortiori en présence d’un ancien salarié du club (Xavier Thuilot, ex-directeur général adjoint du club NDR).". Le cabinet de Daniel Percheron n'a pas démenti l'information tout en laissant entendre que c'était peut-être "un peu plus compliqué que cela...". Mais pas de réponse au pourquoi d'un tel voyage secret... 

Pourquoi Xavier Thuilot était-il présent ?

Sur ce point précis non plus, aucune réponse claire du cabinet de Daniel Percheron. Le président du Conseil régional ne nous a pas non plus rappelés. La présence d'un ancien salarié du RC Lens (il a quitté le club en août dernier) pose pourtant des questions légitimes. A quel titre était-il là ? Dans quel but ? Par qui son voyage a-t-il été payé ? 

Dans l'hebdomadaire Croix du Nord de ce vendredi, l'ancien directeur général adjoint qui a réactivé sa société de conseil GM5, dit être actuellement en phase de "reprise d'une entreprise de négoce". Et Xavier Thuilot va même plus loin : "Je ne connais pas aujourd'hui de dirigeant que j'ai envie de suivre. Aujourd'hui, je suis libre de dire ce que je veux."
Xavier Thuilot en août 2013. / © MAXPPP
Xavier Thuilot en août 2013. / © MAXPPP

Daniel Percheron "aide"-t-il autant les autres clubs de la région ? 

Oui, répond son cabinet. Le VAFC, qui a des soucis financiers et est passé cet été devant la DNCG ou le LMR qui s'est fait retoquer son dossier de montée en Pro D2 n'ont pourtant pas reçu le soutien direct et visible de Daniel Percheron. Sur les réseaux sociaux, les supporters ne manquent pas de le noter depuis de nombreuses semaines. 

Ce qui ne veut pas dire que le Conseil régional n'aide pas ces clubs ou d'autres. Mais médiatiquement et concrètement, il est difficile de nier que le président du Conseil régional s'implique particulièrement dans le dossier du RC Lens. "Parce que c'est important. L'Euro 2016, c'est un gros enjeu", affirme le cabinet de Daniel Percheron qui ajoute que les autres clubs n'ont pas demandé son aide direct : "Le LMR, par exemple, n'a pas envoyé ses documents en temps et en heure au Conseil régional". 

C'est vrai, le 23 juin dernier, c'est bien Gervais Martel qui avait sollicité la venue de Daniel Percheron pour le rendez-vous du RC Lens devant la DNCG : "Je lui ai demandé de m’accompagner en tant que représentant des collectivités locales qui ont pris en charge la rénovation du nouveau stade", avait déclaré le président sang et or le lendemain. Mais cette fois, si l'on en croit Gervais Martel, il n'a pas sollicité Daniel Percheron et a même été surpris de sa rencontre avec Mammadov. 

La rencontre Percheron-Mammadov cache-t-elle d'autres rebondissements à venir ? 

Forcément. Cette rencontre surprenante Percheron/Mammadov devrait déboucher sur des changements au RC Lens. Mais lesquels ? Gervais Martel peut-il être écarté ? Peut-il vraiment être poussé à accepter une ouverture du capital qu'il ne souhaite pas (mais que Mammadov aurait validé, selon Percheron) ? Le rapprochement Mammadov/Percheron peut-il faire un flop ? Daniel Percheron est-il soutenu en arrière-plan par un ou des chefs d'entreprise ? 

Le cabinet de Daniel Percheron au Conseil régional ne nie pas que la démarche du président de l'institution avec Mammadov vise en premier à faire bouger Gervais Martel : "Il s'est engagé avec son argent, sa personnalité, sa disponibilité. Gervais Martel craint un peu le changement. Il craint une renégociation où les rôles de chacun seraient distribués. (...) L'idée des socios est convaincante. Il faut que Gervais Martel l'intègre à son agenda. Jusqu'à présent, il était fermé. C'est une façon de le lui rappeler. Il faut l'accompagner au changement.

Pour conclure, le cabinet laisse clairement entendre qu'il y aura prochainement des rebondissements et que "tout va s'éclaircir".
Daniel Percheron, en janvier 2014. / © MAXPPP
Daniel Percheron, en janvier 2014. / © MAXPPP
Enfin dernière question sous-jacente : Daniel Percheron pourrait-il devenir à terme président du RC Lens ? Lui assure que non : "Comme disait le Général de Gaulle : "Ce n’est pas à 73 ans que l’on devient dictateur", disait-il lundi sur France Bleu Nord. On peut transposer ceci au football. Je suis passionné de football, mais on ne devient pas Jean-Michel Aulas à 73 ans". Malgré cette réponse, nombreux sont ceux qui pensent que l'éventualité existe. Ce vendredi, dans La Voix du Nord, un proche de Daniel Percheron résumait : "Il ne vise pas la présidence mais ce qu'il entreprend pourrait bien avoir cela comme conséquence." Philippe Rapeneau, conseiller régional Les Républicains réagit par avance : "Si il est allé en Azerbaïdjan sur une décision purement personnelle avec l'objectif d'être un jour président de Lens, alors il pourrait y avoir conflit d'intérêt."

Daniel Percheron va-t-il apporter prochainement de nouveaux éléments de réponse à toutes les questions ci-dessous ? On en saura sans doute plus d'ici fin octobre. Le président du Conseil régional a indiqué en début de semaine qu'une nouvelle gouvernance avait été promise en juin dernier à la DNCG avec une échéance à fin octobre 2015...

A lire aussi

Sur le même sujet

Pourquoi Bellignies est-il un des plus beaux villages du Nord Pas-de-Calais ?

Les + Lus