• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

RC Lens : Daniel Percheron annonce que Mammadov a accepté l'ouverture du capital

Daniel Percheron, au micro de France Bleu Nord ce lundi soir.
Daniel Percheron, au micro de France Bleu Nord ce lundi soir.

Daniel Percheron, le président PS du Conseil Régional du Nord Pas-de-Calais qui avait accompagné Gervais Martel devant la DNCG fin juin, annonce ce lundi sur France Bleu Nord l'ouverture prochaine du capital du RC Lens.

Par EM et YF

Le 23 juin dernier, Daniel Percheron avait accompagné Gervais Martel, le président du RC Lens, lors d'un rendez-vous crucial devant la Direction Nationale du Contrôle de Gestion (DNCG), le gendarme financier du foot français, qui devait statuer alors sur la présence du club artésien en Ligue 2. Le feu vert avait été donné sans qu'on sache avec précision quel rôle exact avait joué le président socialiste de la région Nord Pas-de-Calais. "Je lui ai demandé de m’accompagner en tant que représentant des collectivités locales qui ont pris en charge la rénovation du nouveau stade", avait seulement déclaré Gervais Martel le lendemain. Mais ce lundi, Daniel Pecheron en a révélé davantage sur France Bleu Nord, lors de l'émission "Lundi, c'est foot aussi", animée par Christian Palka.

Rencontre Percheron/Mammadov

Le président du Conseil régional a déclaré que Gervais Martel et lui avaient promis à la DNCG de mettre en place "un nouveau de plan gouvernance du RC Lens qui serait simplifié et qui serait généralement accepté" avant le 31 octobre. Daniel Percheron affirme avoir rencontré en personne Hafiz Mammadov qui a accepté sa proposition. "J’ai pris l’avion la semaine dernière en accord avec l’ambassadeur de France. J’ai rencontré Monsieur Mammadov. J’avais 3 choses à lui dire par rapport à la DNCG. Je l’ai remercié d’avoir investi 24 millions d’euros en 14 mois. Après j’ai évoqué le fait qu’il soit le propriétaire du stade jusqu’en 2052 (il s'agit en fait d'un bail emphytéotique NDR) et par conséquent, je l’ai invité à venir voir le nouveau Bollaert. Troisièmement, je lui ai demandé d’ouvrir le capital du club, d’ouvrir la gouvernance aux forces vives du territoire. Sa réponse fut positive. Sur l’ouverture, il a donné son accord. A la vue des chiffres proposés, cela plaidait en ma faveur. Actuellement, il a 99,99% du capital, si demain il ne lui reste que 98% du capital, rien ne change pour lui. Mais pour les supporters, les collectivités locales et les entreprises, ce serait une bonne chose. Honnêtement, rien ne laisse penser qu’il soit en difficulté." "Il tient à l'image de son pays", a insisté le président de région.

Fichier audio

Daniel Percheron sur France Bleu Nord.

Fichier audio

Daniel Percheron sur France Bleu Nord.

Ces propos ont de quoi étonner car depuis le début de la saison Gervais Martel répète à qui veut l'entendre qu'il cherche, avec ses juristes, un moyen d'éjecter Hafiz Mammadov de la holding qui détient les Sang et Or, avec la fin de l'année 2015 comme date butoir. Visiblement, ce ne sera pas le cas. On peut aussi s'étonner que ce soit Daniel Percheron qui fasse une annonce aussi importante pour l'avenir du club. Faut-il en déduire qu'il jouera prochainement un rôle important au Racing lorsqu'il aura quitté la présidence de la région en décembre prochain ? "Comme disait le Général de Gaulle : "Ce n’est pas à 73 ans que l’on devient dictateur".  On peut transposer ceci au football. Je suis passionné de football, mais on ne devient pas Jean-Michel Aulas à 73 ans", a-t-il répondu.
 

L'entrée des supporters au capital

"Le modèle, c'est de devenir un club pratiquement autonome", a poursuivi Daniel Percheron. "Nous avons un des budgets les plus élevés de Ligue 2. Comment est-ce qu'on autonomise le club au lieu de faire la quête chaque année auprès d'un actionnaire unique qui peut avoir des soucis financiers ?". On s'oriente ainsi vers l'entrée des supporters et d'entrepreneurs locaux dans le capital comme l'avait suggéré au printemps le sénateur-maire socialiste d'Orchies, Dominique Bailly. Cela se fera concrètement par la mise en place d'une coopérative. "On va dire aux supporters, achetez votre pack de coopérateur de 50€. Aux entreprises, achetez un pack à 500€. Aux collectivités locales, de mettre 1€ par habitant. On va arriver à des sommes assez modestes. On sera au coeur de ce que doit être le club. Le RC Lens est un bien commun.

Il s'agira dans un premier temps d'une participation symbolique. "Mammadov m'a dit : "Je veux un board (un conseil ou comité de direction NDR). Je viendrai animer le board"", a expliqué Daniel Percheron. Pour l'heure, c'est un peu flou. Mais on peut très bien envisager que l'homme azerbaïdjanais accorde à cette future coopérative un pouvoir de décision supérieur à la part détenue dans le capital, qui sera inférieure à 2%. C'est ce qu'il a fait avec Gervais Martel lorsqu'ils ont repris le club en juin 2013 : ce dernier n'a que 0,01% du capital mais 40% des voix au sein du conseil d'administration de la holding. "Si un jour, Hafiz Mammadov voulait passer la main en douceur, il faudrait que les forces vives locales aient leur mot à dire", a conclu le président de région. A la suite de ces déclarations, on peut d'ailleurs se demander si Gervais Martel restera à la tête du RC Lens. En froid avec son actionnaire majoritaire, le président emblématique des Sang et Or a toujours été fermement opposé au principe de l'actionnariat populaire.

A lire aussi

Sur le même sujet

Périnne Diot, interprète Français - langue des signes française

Les + Lus