Régionales : les militants écologistes décideront le 12 septembre de leur stratégie en Nord Pas-de-Calais Picardie

Les dirigeants EELV ont indiqué mercredi que les militants de la région Nord-Pas-de-Calais Picardie voteraient le 12 septembre sur la stratégie et donc sur l'épineuse question d'une alliance avec un autre parti lors du premier tour des régionales.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

"Le 12 septembre ce sera le vote de la stratégie et de la proposition phare que les écologistes porteront dans cette campagne", a déclaré Sandrine Rousseau, chef de file des écologistes pour les régionales, précisant que ce vote interne aurait lieu à Lille. "C'est une AG de l'ensemble des militants de la région, où l'on tranchera de manière définitive la stratégie régionale", a-t-elle ajouté à l'occasion d'une conférence de presse organisée la veille des journées d'été du parti à Villeneuve-d'Ascq.

La question des alliances est particulièrement sensible dans cette future grande région de six millions d'habitants où le Front National pourrait pour la première fois ravir une région française avec la candidature de Marine Le Pen. Lors du premier tour des élections départementales, le parti d'extrême droite était arrivé en tête des cinq départements de la future grande région Nord. Lors des élections régionales, les listes ayant obtenu au moins 10% des suffrages exprimés au 1er tour peuvent se maintenir. Au second tour, la liste qui arrive en tête obtient un nombre de sièges proportionnel à son score, plus un quart des sièges à pourvoir.


Interrogée sur le risque de faire basculer la région au FN, Mme Rousseau a rétorqué qu'il fallait "jouer le premier tour". "Proposons aux électeurs de retrouver espoir dans la politique sociale et écologiste et après, entre les deux tours on verra, toutes les discussions seront ouvertes", a-t-elle dit. La secrétaire nationale Emmanuelle Cosse a, elle, fait part de son souhait "qu'il y ait un projet écologiste au premier tour de ces élections régionales", surtout "dans une élection à la proportionnelle, le système électoral que nous défendons." Près de 2.000 militants écologistes, encartés ou non, sont attendus jusqu'à samedi sur un campus de l'université de Villeneuve-d'Ascq. Parmi les invités figurent le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius, la ministre de la Santé Marisol Touraine, la secrétaire d'État au Numérique Axelle Lemaire, ainsi que le fondateur de WikiLeaks Julian Assange (par visioconférence) et l'ancien trader Jérôme Kerviel.
EELV: des cadres dénoncent les alliances avec le Front de gauche
Des cadres d'Europe Ecologie-Les Verts (EELV) dont le sénateur Jean-Vincent Placé et le député Denis Baupin publient mercredi une tribune à la veille des journées d'été de leur parti dénonçant les "négociation ou alliances" avec le Front de gauche pour les régionales. "Privilégiant l'alliance avec la gauche protestataire à l'action avec la gauche réformiste (accusée d'être insuffisamment radicale) des élus, des candidats, des cadres du parti écologiste façonnent une nouvelle stratégie pour EELV au risque de faire disparaitre l'écologie du champ politique et de rendre l'écologie impuissante", accusent-ils. "Il en est ainsi notamment dans les deux régions où le risque d'une victoire FN est le plus élevé, Nord-Pas-de-Calais/Picardie et PACA, où les têtes de listes écolos et dirigeants régionaux d'EELV préconisent un regroupement de la gauche radicale", ajoutent-ils.

"Ce projet, au-delà des incantations, ne rencontre pas les faveurs des Françaises et des Français, et (...) il risque non seulement de détruire l'écologie politique mais aussi de concourir au succès de l'extrême droite ou de la droite", jugent les sept signataires. "Lors d'une élection à la proportionnelle (le mode de scrutin que nous préconisons pour toutes les élections), permettons aux électeurs écologistes de voter pour des projets écologistes, et aux électeurs du Front de Gauche de voter pour le leur", préconisent les signataires. 

Le texte est cosigné par Patricia Andriot, vice-présidente du Conseil Régional de Champagne Ardenne, les députés Denis Baupin et Barbara Pompili, Marie-Pierre Bresson maire adjointe de Lille, Eric Loiselet, conseiller régional de Champagne Ardenne, Jean-Vincent Placé, sénateur et Christophe Porquier, vice-président du conseil régional de Picardie.