Retraites : Jennifer de Temmerman, députée du Nord (ex-LREM), veut un retrait de l’âge pivot

Jennifer de Temmerman, en juin 2017 / © AFP
Jennifer de Temmerman, en juin 2017 / © AFP

La députée du Nord qui s'est mise en retrait d'En marche plaide pour qu'un des pivots de la réforme des retraites soit retiré par le gouvernement d'Edouard Philippe.

Par EM

Elle est opposée à la position officielle du gouvernement. Jennifer de Temmermann, députée du Nord (15ème circonscription, Bailleul-Hazebrouck), pense que l'âge pivot fixé à 64 ans est une mesure injuste. Mme de Temmerman, qui a annoncé en novembre qu'elle quittait la parti "En Marche" et l'a écrit avec un collectif de 18 députés LREM dans une tribune publiée par Libération.

Extrait de cette tribune : "Parce que nous ne commençons pas tous à travailler au même âge, parce que la pénibilité n’est pas la même pour tous selon les métiers, parce que nous ne subissons pas tous les mêmes aléas de santé, de famille ou de carrières, parce que certains d’entre nous sont exposés à une lourde précarité, parce que l’espérance de vie en bonne santé peut avoir jusqu’à une décennie d’écart selon les métiers, parce que les difficultés d’emploi en fin de carrière ne sont pas les mêmes pour tous, parce que les inégalités persistent entre les hommes et les femmes, l’âge de référence de départ à la retraite ne peut être le même pour tous. L’âge pivot serait injuste socialement."
 

"C'est flou"


C'est cette dernière phrase qui résume l'opinion de Jennifer de Temmerman : "L'âge pivot c'est profondément injuste. Ce n'était d'ailleurs pas dans le programme du Président. Nous, on fait d'autres propositions autour de la pénibilité, des carrières... La réforme d'accord, mais comment on le pondère en fonction de l'espérance de vie... C'est une formule mathématique qu'il faut trouver. Je suis persuadée que ces idées vont être reprises. Je veux croire que c'est ce que le Président a laissé entendre lors de ses voeux."

Plus généralement, la députée juge la réforme floue : "On vous a dit une chose et après le contraire. C'est ce qui a amené les syndicats y compris les plus réformistes à manifester. C'est flou. On campe sur une position et puis finalement on la retire. A la base, dans le programme, le régime universel à points c'est très bien. Mais finalement, on ne sait pas trop où on va. Après plus de deux ans de travail..."

Jennifer de Temmerman siège actuellement avec les non-inscrits à l'Assemblée Nationale. Elle demande plus de dialogue au sein du groupe LREM ("On a été incapables de travailler à 300") et réfléchit à son positionnement dans les mois qui viennent. 

 

Sur le même sujet

Les + Lus