Rio 2016 – Paralympiques : les cinq secrets de Christophe Tanche (tir)

Les Jeux paralympiques 2016 arrivent à grand pas. A cette occasion, la rédaction web de France 3 vous présente les six sportifs du Nord et du Pas-de-Calais qui défendront les couleurs bleues à Rio. Aujourd’hui Christophe Tanche, tireur à Valenciennes au mental d’acier.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Il avait les jeux dans le viseur, le voilà enfin qualifié. A 38 ans, Christophe Tanche se prépare à vivre à Rio ses premiers Jeux paralympiques. Qualifié par la fédération handisport, il défiera les intouchables chinois et coréens à 10 mètres couché avec sa carabine. « J’ai hâte d’y être. J’ai pour objectif d’accrocher la finale. Ensuite on repartira de zéro et tout deviendra possible. La fédération nous sélectionne si on a les moyens de décrocher une médaille. Si je me fie à mes derniers résultats, je peux le faire. » S’il dit ne pas vouloir « faire de fixette sur une médaille », il affirme «vouloir faire mes points pour gagner. »

Du tir par hasard

Christophe commence le tir très tard. En 2000, son père est invité à une initiation sur un stand et se prête au jeu. « Le pas de tir était accessible et mon père m’a proposé de venir. Ça m’a plu. J’ai même découvert que j’avais des facilités alors je m’y suis mis sérieusement. » À 22 ans, Christophe s’entre ouvre rapidement les portes de l’équipe de France. 15 ans plus tard, il remporte une étape de la coupe du monde de tir à 10 mètres avec sa carabine.

Le mental gagnant

Paraplégique, Christophe ne profite pas d’abdominaux pour tirer debout ou à genoux. Les deux coudes sur sa tablette de tire fixé à son fauteuil, il vise couché la cible 10 mètres plus loin. « Le physique ne fait pas la différence. Tous les tireurs ont à peu près le même bagage technique et un matériel similaire. Nous pratiquons un sport cérébral qui demande de la concentration. Je me prépare avec une somato-psychopédagogue qui travail ma relaxation. Je fais aussi de la sophrologie pour me mettre dans les conditions de la compétition et visualiser le pas de tir que je ne connais pas. Les jeunes que j’entraîne dans un institut d'éducation motrice comprennent très rapidement que toute nervosité leur retire toute performant.

Gang des tireurs

Extraverti et parfois « difficile à vivre », Christophe se réjouit de partager avec l’équipe de France de tir de belles émotions. « On pratique un sport individuel mais on s’entend tous très bien. On se comporte en équipe. On part même en vacances ensemble. » Contrairement à bien d’autres sports, aucune ligne de démarcation ne sépare le monde valide du monde handisport. « On rencontre souvent nos copains valides. Il n’y a pas de barrière entre tireurs, on échange entre nous. En juillet dernier, on a partagé avec les valides une semaine de matchs et d’entraînements en communs pour préparer les Jeux olympiques. »

Aide au compte-gouttes

Non seulement Christophe est un athlète handisport, mais il s’est tourné vers une discipline peu réputée qui n’attire pas. Les aides s’en ressentent. « Matériel et déplacements, tout compris, il faut compter 10 000 € pour accrocher les meilleurs tireurs. Nous avons du par exemple payer de notre poche un stage supplémentaire de 3 jours pour progresser », raconte-t-il sur le blog We are sport.

Sans sponsor, le conseiller commercial dispose tout juste de quelques jours d’absence tolérée par son entreprise tous les ans pour s’entraîner sans perdre de salaire. « Je suis détaché par mon entreprise depuis que je suis inscrit sur la liste des sportifs de haut niveau. Mais il faut rester très motivé parce qu’on n’est pas beaucoup aidés et persévérer parce que c'est compliqué. »

« Je n’ai aucune envie de quitter le Nord »

Né à Lille et désormais Valenciennois, Christophe rend un hommage appuyé à sa région. « J’adore le nord. Certes, il ne fait pas toujours beau temps. Mais je n’ai aucune envie de quitter le Nord. J’aime la jovialité des gens et l’entre aide. On a beau s’arrêter sur un problème quelconque, on trouve toujours quelqu’un pour donner un coup de main. » À Rio le tireur aura besoin d’un coup d’œil voir d’un coup de poignet pour viser juste.
Dates clés
9 décembre 1977 : naissance à Lille
2005 : champion d’Europe individuel à 10 mètres et par équipe sur 50 mètres
2015 : victoire d’une étape de la coupe du monde à 10 mètres à Osijek (Croatie)