• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Le salarié mis à pied pour avoir mangé une clémentine à La Redoute témoigne : “Ça me fait pas rire, c'est un scandale !”

© FRANCE 3 NORD PAS-DE-CALAIS
© FRANCE 3 NORD PAS-DE-CALAIS

Le salarié dénonce des conditions de travail qui mettent la production au premier plan.

Par Q.V avec Somaya Aqad

Une journée de mise à pied et une retenue de 70 euros brut... pour une clémentine. Smaïl Bella, salarié de La Redoute à Wattrelos (Nord) depuis 2004, est en conflit avec son entreprise à cause de ce fruit mangé en 2017, en dehors de son temps de pause officiel.
 
 

"La machine était à l'arrêt"


"C'est ridicule d'attaquer un salarié parce qu'il a mangé une clémentine" s'emporte-t-il. "On me reproche d'avoir mangé une clémentine sur mon lieu de travail. c'est faux ! Parce que je l'ai mangé sur le banc, lors d'une micro-panne. La machine était à l'arrêt."
 

Il lui est également reproché d'avoir laissé sur son poste des épluchures qu'il était sur le point de jeter.  "Si on ne peut pas se restaurer, on tombe, c'est pas possible. C'est quoi la prochaine étape ? On ne va plus aux toilettes et on met des couches à tous les salariés, à tous ceux qui sont en mode production ? C'est quand même ridicule ! Moi, ça ne me fait pas rire, c'est un scandale !

Plusieurs de ses collègues le soutiennent. L'un d'eux explique qu"on se lève tous vers 4 heures et demie du matin. On n'a pas de pause avant 10 heures donc tout le monde mange un gâteau ou une barre de céréales". Et Sandrine Decoen, déléguée CGT, d'ajouter : "On est serrés, on galère, le travail est fatigant. On n'arrête pas une seconde, ils sont toujours derrière nous."
 


L'avocat de Smaïl Bella confie que "c'est la première fois que je rencontre une sanction de ce type pour un comportement tel que celui là" Il l'estime "complètement déconnectée de la réalité, totalement disproportionnée par rapport à ce qu'on peut reprocher au salarié."
 
La direction de La Redoute, de son côté, met en avant "des impératifs d'hygiène et de sécurité du circuit logistique. C'est pour cela que le règlement intérieur stipule qu'il est interdit de manger sur le poste de travail."
 

Sur le même sujet

Il y a vingt ans, Robert Mugabe, ancien président du Zimbabwe, visitait Amiens

Les + Lus