Cet article date de plus de 4 ans

Sensibilisation des migrants de Calais pour quitter la zone sud de la jungle

La préfète du Pas-de-Calais l'annoncé la vendredi dernier, la zone sud de la "jungle" doit être évacuée. Dans un premier temps, les migrants sont incités à regagner les préfabriqués installés à proximité. Ou d'autres centres situés sur le territoire français.

Quand la préfète du Pas-de-Calais parle de la zone sud de la jungle, elle considère que c'est ce qu'il y a en dessous du lac de la jungle (ici au centre de l'image)
Quand la préfète du Pas-de-Calais parle de la zone sud de la jungle, elle considère que c'est ce qu'il y a en dessous du lac de la jungle (ici au centre de l'image) © Pref62
Dans cette portion sud de la jungle, 800 à 1000 migrants vivent dans des tentes selon la préfecture. Deux mille selon les associations. L'idée pour les services de l'Etat, faire en sorte que les migrants quittent cette portion sud et intègrent soit le centre d'accueil provisoire (les préfabriqués) soit la centaine de centres d'accueil présents sur tout le territoire français.

Aujourd'hui, les préfabriqués accueillent un peu moins de 950 personnes alors que 1500 places sont disponibles, selon la préfecture. Une opération de sensibilisation des migrants est donc en cours pour les convaincre d'occuper complètement ces préfabriqués.

Les réticences des migrants à intégrer ces logements s'expliqueraient principalement par la crainte de quitter une organisation de vie existante au sein de la jungle pour quelque chose sans espace de "vie commune", des dortoirs en somme, sans cuisine.

Sensibilisation avant... Démantèlement ?


Même si trois espaces "de vie commune" de 100 m² auraient déjà vu le jour au sein de ce centre d'accueil provisoire, néanmoins, les personnes de la "jungle" resteraient difficiles à convaincre. Ce qui effraient aussi les personnes de la jungle c'est l'identification "palmaire", une empreinte de la main prise à l'entrée des préfabriqués pour contrôler les accès et sorties. Des opérations de communication ou de sensibilisation ont donc lieu actuellement auprès des migrants. 

durée de la vidéo: 01 min 50
Sensibilisation des migrants de Calais pour quitter la zone sud de la jungle ©France 3 Nord Pas-de-Calais

En tout cas, il n'y a "pas de date de démantèlement de la zone sud prévu pour le moment", assure la préfecture du Pas-de-Calais.

Il existe selon les autorités 3700 migrants aujourd'hui à Calais qui vivent dans la "jungle". A terme, l'Etat aimerait compter idéalement 2000 migrants maximum à Calais vivant dans des conditions dignes.

Enfin le centre d'accueil de jour Jules Ferry accueille 200 femmes et enfants. Il compte 400 places.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
migrants à calais société immigration