Cet article date de plus de 3 ans

SNCF: pour le député de l'Oise Woerth poursuivre la grève serait "une dictature syndicale"

Le député de l'Oise LR Eric Woerth a estimé mardi que si la grève se poursuivait durant l'été à la SNCF, ce
serait "une dictature syndicale".
Le président de la commission des Finances de l'Assemblée nationale, Eric Woerth (LR), espère que la CGT ne poursuivra pas son mouvement de grève cet été. «J'espère que la CGT ne fera pas ça, sinon il y a une dictature syndicale qui veut s'imposer à la démocratie politique», a déclaré M. Woerth sur Cnews.


Réunion pour décider d'une grève estivale ou pas


Alors que l'Unsa ferroviaire, le deuxième syndicat de la SNCF a décidé de ne pas continuer la grève en juillet, une intersyndicale doit se réunir ce mardi soir pour discuter de la poursuite ou non du mouvement au-delà du 28 juin.

«Le texte il a été voté, par l'Assemblée nationale, par le Sénat, on n'est plus au temps de la grève", a poursuivi le député de l'Oise. "La grève elle a eu lieu pendant des semaines et des semaines, il y a des usagers qui sont sur les quais de gare tous les jours à attendre leur train, c'est une galère totale et absolument inqualifiable, il faut arrêter ça". "A un moment donné ça ne sert plus à rien. C'est pour ça que je parle de dictature syndicale. (...) A un moment donné on est dans l'excès (...) et je demande à M. Martinez de bien réfléchir à tout cela et surtout de penser aux autres, de penser aux usagers de la SNCF», a-t-il ajouté.

SUD-Rail va proposer «d'arrêter le calendrier» par épisode - deux jours de grève sur cinq depuis début avril - et de «cibler des dates de grève qui permettraient de redynamiser le mouvement», a expliqué son porte-parole et secrétaire fédéral, Erik Meyer.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sncf économie transports