• DÉCOUVERTE
  • MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • économie
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

SNCF : “Envoyé Spécial” (France 2) épingle l'état des voies dans le Nord Pas-de-Calais

Des tirefonds qui se retirent facilement à la main... la ligne Paris-Valenciennes à l'été 2015. / © Envoyé Spécial / France 2
Des tirefonds qui se retirent facilement à la main... la ligne Paris-Valenciennes à l'été 2015. / © Envoyé Spécial / France 2

Dans son émission diffusée jeudi soir sur France 2, le magazine "Envoyé Spécial" s'est penché sur la sécurité du réseau ferroviaire français. Une séquence a notamment été tournée sur la ligne Paris-Valenciennes, entre Corbehem et Biache-Saint-Vaast, où l'état des voies laissait à désirer.

Par @f3nord

L'enquête diffusée jeudi soir par "Envoyé Spécial" (France 2) pointe du doigt des rails et des traverses hors d’usage, des lignes secondaires dangereuses, questionnant la sécurité du réseau ferré français, trois ans après le déraillement mortel survenu en gare de Brétigny-sur-Orge en raison d'un défaut de maintenance.

Le reportage s'est intéressé notamment à la ligne SNCF Paris-Valenciennes et plus particulièrement à un secteur situé entre les gares de Corbehem et Biache-Sain-Vaast dans le Pas-de-Calais. Il reprend les images d'un documentaire de Gilles Balbastre intitulé "Vérités et Mensonges sur la SNCF", commandé en juin 2015 par le Comité d'Etablissement Régional SNCF Nord Pas-de-Calais et le cabinet d'expertises Emergences. Dans ce film, des cheminots au visage flouté mais appartenant pour la plupart à la CGT montrent un appareil de voie (aiguillage) desserré voire fissuré par endroits, des tirefonds manquants, cassés ou qui se dévissent simplement à la main.

"Vérités et mensonges sur la SNCF"
Le documentaire de Gilles Balbastre évoqué jeudi soir dans "Envoyé Spécial"

Ce documentaire devait servir au départ à alerter la direction de la SNCF du danger présenté par certaines voies, à l'occasion du Comité d'Etablissement régional exceptionnel du 27 août 2015. A la suite de la projection du film lors de ce CER, les syndicats ont reçu une réponse dans un courrier daté du 10 septembre 2015. "Les installations filmées sur ces deux sites faisaient et font l'objet d'une surveillance renforcée des équipes de maintenance tous les 15 jours", leur assurait la direction qui promettait alors des travaux, mais seulement pour 2017. Les syndicats ont alors décidé de diffuser le documentaire sur Youtube, où il a été visionné par plus de 96 000 personnes.

"Suite à la diffusion de ce documentaire, l’entreprise, en catimini, de nuit, a fait les travaux deux semaines après", a expliqué Hervé Gomet, cheminot syndiqué à la CGT, à "Envoyé Spécial". Effectivement, l'équipe de reportage de France 2 a pu constamment que des rails rutilants et des tirefonds tout neufs avaient été posés. Mais que ce serait-il passé si ces images n'avaient pas "fuité" sur la toile ?  

Les anciens TER X73500 épinglés


Dans ce reportage intitulé "SNCF, quand la sécurité déraille", "Envoyé Spécial" dénonce également les "deshuntages" dont sont victimes les TER de type X73500. En raison, d'un souci électrique, les rames disparaissent des écrans de contrôle pendant plusieurs secondes, ce qui peut affecter le déclenchement des feux de signalisation et la fermeture des passages à niveau. Selon un document interne de la SNCF, 46 "deshuntages" auraient été recencés en 2015 dont 6 ont été jugés "critiques".

Dans le Finistère, la société ferroviaire est poursuivie pour "homicide involontaire" après la mort d'une automobiliste, percutée par un TER X73500, à un passage à niveau de La Roche-Maurice en novembre 2006. Le procureur de la République de Brest, qui soupçonne un "deshuntage", a requis la condamnation de la SNCF mais le jugement ne sera connu que le 20 octobre. Dans la région Nord Pas-de-Calais, il n'y a plus de rames X73500 en circulation sur le réseau TER. Elles ont été vendues en 2011 aux régions Auvergne et Franche-Comté ainsi qu'à Intercités. 

Sur le même sujet

La Séquence du filmeur

Les + Lus