À Mers-les-Bains, de jeunes autistes tiennent une épicerie en plein cœur de la ville : "cela leur permet de s'ouvrir aux autres, d'avoir du lien"

Publié le
Écrit par Eline Erzilbengoa avec Grégoire Alcalay

Depuis quelques mois, une nouvelle épicerie a vu le jour à Mers-les-bains dans la Somme. Sa particularité : ce sont des personnes atteintes d'autisme qui conseillent les clients et préparent certains produits. Un moyen de les intégrer petit à petit à la vie sociale.

C'est une épicerie bio un peu particulière qui a vu le jour sur la place du Marché à Mers-les-Bains en octobre 2021. Ici, ce sont des personnes atteintes d'autisme qui conseillent les clients et assure le réapprovisionnement des produits. 

Parmi eux, Ambroise et Emma. Tous les jours, les deux jeunes s'occupent de presque tout dans le magasin, encadré par des éducateurs et le gérant. Quand l'un vérifie les stocks, l'autre reçoit les clients. "Emma aime toujours savoir le prénom des personnes que l'on accueille à l'épicerie", lance Michel Carreel, éducateur pour l'association Les Maisons de Vincent.

Depuis mars, ils vivent au-dessus de l'épicerie, à l'étage de l'ancien bâtiment de la poste. Cette maison de vie a été créée par l'association Les Maisons de Vincent et accueille 6 résidents depuis mars 2021. L'épicerie sert ainsi de lieu social pour ces personnes atteintes d'autisme.

"C'est un outil formidable qui est mis à notre disposition. C'est la vraie vie ici, il y a des gens qui rentrent, qui viennent à la rencontre de nos résidents et c'est l'un de leurs principaux objectifs : s'ouvrir aux autres, échanger, avoir du lien", détaille Michel Carreel.

"C'est vraiment un beau projet, plein d'espoir"

Cette épicerie, c'est également une opportunité d'emploi bénévole pour William, diagnostiqué autiste asperger léger il y a un an et demi seulement. Avant cela, ses expériences professionnelles ne se sont pas très bien passées. Ici, il se sent parfaitement intégré. "On se fait plaisir, on fait beaucoup de choses, on participe à la cuisine, on vend des produits locaux, les clients qui viennent ici sont toujours aimables. C'est un endroit qui nous permet de nous familiariser avec la vie sociale extérieure", indique-t-il.

Tous les résidents évoluent sous le regard bienveillant de Pierre Bégot, le responsable du commerce. "Je suis très impressionné par leur évolution, confie-t-il. J'ai participé au projet depuis le début, je les ai vu arriver dans Les Maisons de Vincent en mars, et entre ce moment-là et aujourd'hui, c'est un vrai épanouissement notamment pour Emma par exemple, alors que quand elle est arrivée, elle criait, elle ne voulait pas rentrer dans la maison. Ambroise c'est pareil, on a découvert au fur et à mesure des activités, qu'il était passionné par la cuisine. C'est quelque chose qui lui plaît beaucoup."

L'initiative séduit également les clients venus de Mers-les-Bains ou d'ailleurs comme Myriam : "je viens du Tréport, ici c'est mon point de chute, je viens prendre mon café, je fais quelques achats. Pour moi cette épicerie a un double sens, je suis très touchée, par ce qu'ils font. J'espère que cela va durer et que ce sera intéressant pour ces jeunes. C'est vraiment un beau projet, plein d'espoir."