À Amiens, embarquez dès le 16 juillet pour un Voyage au cœur de l'été, version covid-19

Comme chaque été, le cloître Dewailly d'Amiens se transforme en temple musical, avec le festival "Voyage au cœur de l'été". Embarquement le 16 juillet pour deux semaines de musique, d'artisanat et de gastronomie... version covid. 

Chaque été, le cloître Dewailly se transforme en temple des musiques du monde.
Chaque été, le cloître Dewailly se transforme en temple des musiques du monde. © FTV
Il durera deux semaines de moins que prévu, mais le Voyage au cœur de l'été aura bien lieu. L'occasion de se transporter au bout du monde après des mois d'immobilité, à travers 14 soirées de concerts et de dîners, dans l'ambiance douce et rassurante du cloître Dewailly. 

Festival adapté

L'événement devait commencer le 2 juillet, mais il a fallu attendre le feu vert des autorités sanitaires et de la mairie. Ce sera finalement du 16 juillet au 2 août, avec des restrictions. Chaque soirée est limitée à 300 personnes, qui devront venir masquées, et la réservation est obligatoire. Mais l'organisateur Yakoub Abdellatif prend la chose avec philosophie : "Ce n'est pas si grave, l'homme doit évoluer avec son milieu, et s'adapter.

Certains artistes qui devaient venir de l'étranger n'ont eu d'autre choix que d'annuler leur venue, "cinq ou six" d'après l'organisateur. "Mais les autres artistes viennent de partout dans le monde, même s'ils résident en France", souligne-t-il, heureux de pouvoir conserver l'esprit international de son festival devenu une institution à Amiens. Ceux qui se produiront sont quant à eux "super contents de venir jouer", assure-t-il.

Côté restauration, aucune annulation ni aucune crainte, bien au contraire. "Ça leur sauve leur saison ! Ce sont des restaurateurs qui n'ont pas de terrasses et qui étaient mal en point", explique Yakoub Abdellatif. "Je leur ai demandé de prendre des étudiants pour le service, histoire qu'ils se fassent un peu d'argent. Ils seront mélangés avec des jeunes des quartiers, c'était important pour moi." Il y aura également comme chaque année des artisans qui présenteront leur travail, de la poterie à la joaillerie.

Des recettes en baisse

Pour ce qui est des finances, en revanche, "ça risque d'être un peu compliqué cette année", admet-il. Car avec la limite de 300 personnes par soirée, les recettes seront forcément plus basses que celles de l'édition précédente qui avait attiré au total plus de 12 000 spectateurs. Cette année, de fait, ce chiffre ne pourra pas excéder 7 000. "Mais je pense qu'on va remplir tous les soirs, ça réserve déjà beaucoup et plus tôt qu'avant", relativise l'organisateur. "Les gens ont besoin de sortir, c'est certain." Il compte également sur les économies réalisées par l'annulation des artistes étrangers. Car il n'était pas question pour lui d'augmenter les tarifs pour compenser : l'entrée reste à 5 euros et gratuite pour les moins de 12 ans. "L'idée reste de rendre la culture accessible à tous, et ça, on ne veut pas que ça change !"

Il va falloir réserver rapidement pour être sûr d'avoir des places. Le coup de cœur de l'organisateur ? "La soirée flamenco !", répond-il sans hésiter. "Mais j'aime tous les spectacles, bien sûr." Le programme est à retrouver sur le site internet du festival
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
musique culture festival événements sorties et loisirs
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter