Oswald Tanchot succède à Luka Elsner à la tête de l'Amiens SC

Lors de la traditionnelle conférence de presse d'avant-match de l'Amiens SC, Bernard Joannin, président du club samarien, a officialisé la nomination d'Oswald Tanchot comme entraîneur du onze picard. Il succède à Luka Elsner, remercié le 28 septembre dernier.

Bernard Joannin, président de l'Amiens SC a confirmé vendredi 16 octobre la nomination d'Oswald Tanchot comme entraîneur principal.
Bernard Joannin, président de l'Amiens SC a confirmé vendredi 16 octobre la nomination d'Oswald Tanchot comme entraîneur principal. © FTV
"Oswald Tanchot est notre choix." C'est par ces mots que Bernard Joannin a officialisé la nomination du nouvel entraîneur du club, plus de deux semaines après l'éviction de Luka Elsner, avec un seul objectif : le maintien. "Les échanges qu'on a eus m'ont convaincu que c'était l'homme de la situation, la pièce qui manquait au puzzle pour retrouver une dynamique", a poursuivi le président de l'Amiens SC, coupant court au maigre suspense entretenu par le club pendant la trêve internationale.
 

"Briser les spirales"

"Je suis conscient de la responsabilité qu'on me donne et fier qu'on ait pensé à moi", a réagi Oswald Tanchot. Le nouvel entraîneur a ensuite développé sa conception du rôle qu'il va jouer au sein du club cette saison, celui de catalyseur de confiance : "Un entraîneur doit créer la dynamique quand elle n'existe pas ou quand elle est un peu absente comme c'est le cas en ce moment." Une dynamique, ou un cercle vertueux, pour amener, sur le long terme, les joueurs amiénois à "briser les spirales" et retrouver le chemin des filets.
 
durée de la vidéo: 00 min 32
"Je suis très content de faire partie du projet d'Amiens pour le futur."
 

"Une forme de continuité"

Devant les journalistes, Oswald Tanchot a refusé l'étiquette de "choix par défaut", soulignant la concurrence existante sur le marché. "Ce serait vraiment mal connaître le milieu parce que je pense que le président a dû être submergé d'appel de très bons entraîneurs qui rêveraient sans doute d'entraîner le club, a-t-il défendu, et je pense qu'il y a eu une forme de continuité à me choisir."
 
durée de la vidéo: 00 min 49
"Je voulais ressentir une adhésion totale et partagée par tous."
 

Adjoint, puis entraîneur

Un temps pressenti pour succèder à Christophe Pélissier, Oswald Tanchot, qui officiait alors au Havre, n'avait finalement pas été retenu pour entraîner le club picard, au profit de Luka Elsner. Il avait rejoint l'Amiens SC cet été en tant qu'adjoint, pour remplacer Abder Ramdane. Par un jeu de chaises musicales, le voici promu entraîneur de l'ASC, secondé par Romain Poyet, ex-adjoint lui aussi de Luka Elsner.

Le nouveau duo, qui assurait l'intérim en attendant que le club acte sa décision, a donc tout à faire pour sauver l'Amiens SC d'un début de saison laborieux. Aux commandes contre Caen, le 3 octobre dernier, ils avaient offert à l'équipe samarienne un visage plus séduisant, malgré une défaite sévère au vu de la performance réalisée. Le départ très probable de Konaté pour Dijon risque toutefois de diminuer encore un peu l'attaque amiénoise.

Avec une seule victoire en six matches, l'ASC stagne dans le bas du classement de Ligue 2, en 17e position. Ce samedi, les Picards recevront Grenoble, le deuxième du championnat, à 19h. Une entrée en matière difficile pour le nouvel entraîneur, qui devra compter sans Wagué (atteint du coronavirus), ni Gendrey (blessé) ou Papeau (suspendu).

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
amiens sc football sport