César 2024. Qu'est-ce que le Marius, cérémonie parallèle qui récompense la meilleure audiodescription du cinéma ?

Alors que la 49e cérémonie des César a lieu ce vendredi 23 février, un prix cinématographique a déjà été remis deux jours plus tôt. "Le Règne animal" a reçu le Marius de la meilleure audiodescription. Christian Gay, un Amiénois non-voyant, était membre du jury et nous en dévoile les coulisses.

Film le plus nommé aux César cette année - dans 12 catégories - Le Règne animal, de Thomas Cailley, a déjà été récompensé. Le 21 février 2024, il a reçu le Marius de l'audiodescription lors d'une cérémonie organisée au Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC), à Paris.

Un Marius qui aimerait devenir César

Ce prix a ainsi été décerné aux écrivaines Anouchka Nyssen et Catherine Weisslsinger-Gammel pour cette audiodescription réalisée sous la direction artistique de Christelle Brüll avec la supervision de Galina Krysteva et la voix de Fabienne Loriaux, enregistrée et mixée au studio l'Équipe par l'ingénieur du son Kyle Masterson.

Depuis 2018, ce prix récompense la meilleure audiodescription cinématographique parmi les cinq longs-métrages nommés dans la catégorie "meilleur film" aux César. Il est organisé par le Panel Audiodescription, un groupe de travail émanant de la Confédération française pour la promotion sociale des aveugles et amblyopes (CFPSAA).

Malgré des demandes récurrentes pour que la catégorie "meilleure audiodescription" soit intégrée aux côtés des autres prix à la cérémonie des César, l'équipe du Marius n'a, jusqu'à présent, pas obtenu gain de cause auprès du CNC.

Une 7e édition dotée de 255 jurés

Pour cette 7e édition, 255 personnes ont participé au jury (contre 214 en 2023 et 67 en 2018), dont 65 % de non-voyantes. Pour la 6e année consécutive, Christian Gay, retraité amiénois non-voyant, en faisait partie. Cet ancien ingénieur dans l'automobile a commencé à perdre la vue il y a une dizaine d'années, et l'a complétement perdue il y a huit ans.

"À partir du moment où j'ai été en inactivité, j'ai passé du temps à faire du sport, écouter des livres audio, et aller au cinéma. Les livres audio permettent un accès total à la littérature. Mais au cinéma, avant l'audiodescription, il n'y avait pas moyen de savoir ce qu'il y avait à l'écran", explique-t-il.

Pour l'aider à évaluer la qualité de l'audiodescription des films sélectionnés pour le Marius, chaque juré dispose d'une fiche technique. Originalité de l'approche narrative, immersion dans l'expérience cinématographique, niveau de compréhension de l'histoire, qualité du mixage… Les critères sont nombreux.

Qu'est-ce qu'une bonne audiodescription ?

Pour Christian Gay, certains points sont plus importants que d'autres. "Ce que j'attends d'une audiodescription, c'est qu'elle décrive. Donc si elle oublie de décrire ou si elle décrit de travers, j'apprécie moins le film", résume-t-il. "Par exemple, au début d'Anatomie d'une chute, il donne les trois prénoms de personnages dont on n'a jamais entendu parler. Le voyant voit un homme grand, un enfant et un chien. Mais comme on ne nous les décrit pas, on ne comprend pas tout de suite que l'un des personnages est un chien ou que l'enfant est malvoyant", illustre-t-il.

Le juré juge le film au ressenti. "Est-ce qu'on se sent immergé dans le film ? Est-ce qu'il y a toutes les informations ?". Christian Gay explique ne pas être "trop sensible" à la qualité de la voix. "Ce qui est important, c'est qu'elle ne soit pas trop monocorde", souligne-t-il néanmoins.

Si cette année, sa préférence est allée à l'audiodescription de Je verrai toujours vos visages, il a tout de même apprécié celle du Règne animal, qui lui a permis d'entrer rapidement dans l'univers fantastique du film.

"Je ne savais pas de quoi le film parlait. Mais dès les premières scènes, je me suis demandé 'qu'est-ce que c'est que ce truc-là ?!'. On se prend vite aux inquiétudes du père et de son fils", note Christian Gay, qui reproche cependant à l'audiodescription du film quelques répétitions dans les formulations.

Trois fois plus de cinémas équipés qu'il y a dix ans

Avant de perdre l'usage de la vue, Christian Gay s'est rendu au cinéma en tant que voyant. S'il estime que "les émotions sont en général bien décrites" par l'audiodescription, il constate qu'"il manque la beauté des images", un paramètre "impossible à rendre dans une audiodescription".

En 2023, sur les 645 films de toutes nationalités sortis en France, la moitié était audiodécrite et sous-titrée, selon les chiffres communiqués par le président du CNC lors de la cérémonie du Marius mercredi. Aujourd'hui, 36 % des cinémas sont équipés pour proposer à leur public des films en audiodescription, soit trois fois plus qu'il y a 10 ans.

Des problèmes récurrents dans certaines salles

À Amiens, depuis quelques années, le cinéma Pathé permet à ses clients de visionner les films en audiodescription. Il suffit de télécharger une application sur son smartphone et d'être équipé d'une paire d'écouteurs.

"Mais le système wifi ne fonctionne pas toujours dans les salles. Et nous n'avons aucun moyen d'avoir cette information à l'avance", regrette Christian Gay. Un problème récurrent selon lui, à tel point que le retraité a cessé de se rendre au cinéma depuis le printemps 2023. Il se contente désormais des diffusions des films sur les plateformes, pour lesquels l'audiodescription est souvent incluse.

En plus de récompenser une œuvre, le Marius est devenu un outil pour sensibiliser à la nécessité de l'audiodescription dans le cinéma, les séries, mais aussi dans les reportages. "Avec le Panel de l'audiodescription, on travaille aussi sur l'audiodescription pour la retransmission de certains évènements sportifs", illustre Christian Gay.