Coronavirus : cinq questions à la rectrice de l'académie d'Amiens sur la poursuite des cours à distance

La rectrice de l'académie d'Amiens, Stéphanie Dameron, en conférence de presse vendredi 13 mars 2020 / © Gontran Giraudeau / FTV
La rectrice de l'académie d'Amiens, Stéphanie Dameron, en conférence de presse vendredi 13 mars 2020 / © Gontran Giraudeau / FTV

À partir de lundi 16 mars, tous les établissements scolaires seront fermés. 12 millions d'élèves en France vont devoir poursuivre les cours à la maison. La rectrice de l'académie d'Amiens, Stéphanie Dameron, répond aux questions que se posent de nombreux parents.

Par Eline Erzilbengoa

C'est le saut dans l'inconnu pour de nombreux parents à partir de lundi 16 mars. Avec la fermeture de tous les établissements scolaires pour éviter la propagation du coronavirus, les élèves de la maternelle au lycée devront suivre désormais les cours à distance. 

La rectrice de l'académie d'Amiens, Stéphanie Dameron, tente de rassurer les parents sur la poursuite des cours à la maison via la plateforme du CNED (Centre national d'enseignement à distance).

Comment cela va se passer concrètement pour les parents lundi ?

Les parents vont recevoir, une connexion ENT pour ceux qui n’en avaient pas, puis un lien pour accéder à la plateforme du CNED tout en utilisant leur espace numérique actuel. Sur cette plateforme, on a déjà un parcours par classe qui dure 4 semaines. On peut donc suivre ce parcours si on le souhaite. Le professeur peut aussi s’approprier les cours via cette plateforme en créant son propre programme. Il y a aussi la possibilité pour les professeurs de créer une classe virtuelle en donnant rendez-vous aux élèves. Les parents ne devront pas rendre des comptes. Il n’y a pas de bilan à faire. Les professeurs regarderont si les élèves se sont connectés.
 


Et pour les enfants qui n’ont pas accès aux outils numériques ?

Pour les élèves qui ne peuvent pas accéder aux outils numériques, ils sont 5% en France, tous les directeurs d’écoles doivent tracer les élèves qui ne se manifesteraient pas. Les mairies savent quelles sont les familles qui ont des difficultés. Dans certaines communes comme à Vaumoise dans l'Oise, la mairie a joué le rôle de poste. Les professeurs ont pu déposer des dossiers pour que les familles puissent les récupérer. 
 

Tous les niveaux sont représentés sur cette plateforme ? 

Tous les niveaux sont représentés de la grande section à la terminale avec leurs spécialités. La plateforme sera bientôt ouverte aux moyennes et petites sections ainsi qu'aux classes prépa. Pour les plus jeunes, l’accompagnement par un adulte a particulièrement du sens. C’est là où les espaces de solidarité peuvent être intéressants.

Évidemment seule l’éducation sportive n’est pas représentée, mais il est possible de donner des conseils via cette plateforme. Il faut que les enfants s’aèrent aussi et ne restent pas devant leur écran.
 

Comment inciter les enfants à travailler depuis la maison ?

Le professeur est au centre du système, voit les élèves qui sont connectés et donc peut se rapprocher de ceux qui sont en difficulté. Il y a aussi des possibilités de contacts téléphoniques. Ce n’est pas une grande nouveauté de parler d’enseignement à distance, mais au lieu d’être un choix aujourd’hui on doit le déployer avec tous nos élèves. Évidemment, rien ne remplace un professeur dans une classe.
 
 

Comment vont se dérouler les évaluations ? Est-ce qu'il y aura du retard pour le bac et le brevet ? 

Il y a des possibilités d’évaluations à distance sur le site du CNED. Un des lycées du cluster de l’Oise a déjà organisé à bac blanc à distance. Cela démontre une certaine capacité de réactivité.

À l’heure actuelle, on raisonne sur une durée plus courte. Si cela dure trop longtemps, il y aura une réflexion sur la progression, sur les programmes. Qu’il n’y ait pas d’inquiétude, ce ne seront certainement pas les élèves qui seront pénalisés. On suit ça de très très près.
 

Sur le même sujet

Les + Lus