Coronavirus : l'école d'art et de design d’Amiens contrainte d'annuler une de ses formations

En raison de la pandémie de coronavirus, l'école supérieure d'art et de design (Esad) d'Amiens a annoncé lundi l'annulation d'EsadType, une formation en typographie qui devait commencer en janvier avec des étudiants étrangers pour la plupart. 

L'école supérieure d'art et de design (Esad) d'Amiens
L'école supérieure d'art et de design (Esad) d'Amiens © FTV
EsadType est une formation post master qui prépare aux métiers de graphiste ou de créateur/trice de caractère et attire pendant deux ans en Picardie des étudiants étrangers et français.

Dans un communiqué publié lundi 9 novembre sur la page Facebook de l'école, la direction de l'Esad d'Amiens a annoncé l'annulation d'EsadType pour l'année 2020-22 : "Malgré nos efforts pour relancer la formation après avoir retardé l'appel à candidatures, l'évolution de la situation sanitaire en raison de la pandémie, ses multiples conséquences sur la vie scolaire et sociale, l'incertitude concernant les prochains mois nous ont conduit à prendre cette décision".
 

Des étudiants étrangers bloqués chez eux

Le recrutement de la promotion 2020-22, qui devait commencer son cursus en janvier 2021, aurait dû avoir lieu en juin. Mais suite au premier confinement, il avait été décalé au mois d'octobre. Le second confinement le rendant impossible, le recrutement est désormais prévu en juin prochain pour une rentrée en septembre 2021.

La dizaine d'étudiants de la promo 2019-21 d'EsadType, qui doivent terminer en février prochain, ne croiseront donc pas les nouveaux. Leurs derniers mois de formation se déroulent dans un contexte rendu difficile par la crise du coronavirus. La plupart d'entre eux étant originaires de pays extracommunautaires (Israël, Inde, Chine, Corée), ils n'ont pas pu revenir à Amiens en septembre et doivent finir leur scolarité à distance.

L'école met pourtant tout en œuvre pour faciliter leur scolarité, particulièrement les étrangers : "par exemple, nous avons aidé une élève thaïlandaise pour son déménagement. Ça a l'air de rien, mais tout est compliqué quand on n'est pas Européen", confie Barbara Dennys, directrice de l'Esad.

Une école marquée par la mort d'un enseignant

L'Esad, toutes sections confondues, compte 210 élèves. Seuls les étudiants de première et deuxième années travaillent en présentiel et uniquement pour les cours pratiques (volumes, couleurs, dessin). Mais "personne n'est obligé de venir", assure Barbara Dennys, qui prend très au sérieux la crise sanitaire : "L'école a perdu un professeur à cause de la covid. Au moindre rhume, on isole. Depuis septembre, nous n'avons compté que cinq cas confirmés".

À l'annulation de la promotion 2020-21 d'EsadType s'ajoute aussi celle de toutes les expositions de l'année, des projets internationaux et peut-être des portes ouvertes en mars : "Nous réfléchissons à la possibilité de les organiser en distanciel", précise Barbara Dennys.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société éducation art culture