Élections européennes : Manon Aubry, tête de liste LFI, soutenue par 300 personnes à Amiens lors de son meeting

Manon Aubry, candidate insoumise aux européennes, était à Amiens ce lundi 13 mai 2024. Après une visite à l'usine Metex, menacée de liquidation judiciaire, la tête de liste est venue faire un meeting à la Mégacité.

Dernière ligne droite pour les candidats pour les élections européennes. Lundi 13 mai 2024, la tête de liste de la France Insoumise, Manon Aubry, est venue à la Mégacité d'Amiens, accompagnée de François Ruffin, député de la Somme.

Près de 300 personnes sont venues soutenir la candidate d'extrême gauche qui mettait au cœur de son meeting la souveraineté économique et les questions sociales.

Une visite à l'usine Metex

Un peu plus tôt ce lundi, les insoumis se rendaient aux côtés des salariés de Metex, fabricant de Lysine, placé en redressement judiciaire. Une façon pour le parti d'extrême gauche de recentrer le débat, les conditions sociales des employés, mais aussi la situation économique.

"La Picardie est la première région à avoir subi les effets de cette folie du libre-échange et de la désindustrialisation au niveau européen, de cette 'religion' de vouloir faire venir tous les produits du quatre coins du monde. Alors qu'on sait les produire ici et c'est fait dans de meilleures conditions sociales et économiques", explique fermement la tête de liste LFI.

Un débat devant 300 personnes

Lors du meeting à la Mégacité, la cause palestinienne reste omniprésente avec un appel au cessez-le-feu, à la reconnaissance de l’État de Palestine et à des sanctions contre Israël. Cette situation au Proche-Orient est l’un des nombreux points majeurs de divisions avec la liste PS menée par Raphaël Glucksmann, en tête à gauche dans les sondages.

"La France qui accueille les Jeux olympiques cette année pourrait proposer au Comité international des mesures de sanction comme les athlètes russes : ni hymne ni drapeau israélien", livre François Ruffin, acclamé par une foule de 300 personnes.

Manon Aubry, elle, est revenue sur le programme de la NUPES datant de 2022 en mentionnant le départ à la retraite. LFI met en doute les promesses du PS à ce propos. "Dans celui-ci, nous demandons le départ à la retraite à l'âge de 60 ans à taux plein pour toutes et pour tous. Et j'ai bien regardé, il y a bien le logo du Parti socialiste", pointe-t-elle du doigt. 

Raphaël Glucksmann à Camon ce 14 mai

Dans le public ce soir, essentiellement des militants qui voient en la liste portée par Manon Aubry, la seule alternative de gauche pour lutter contre l’extrême droite. "Ce parti est en plus le seul mouvement qui ne renie pas ses valeurs. C'est le seul groupe parlementaire qui n'a voté aucun vote sur le libre-échange", explique un militant. Un autre rétorque : "Depuis le virage libéral de Mitterrand, la France est déçue. Cette gauche est notre seul espoir."

Ce 14 mai 2024, c'est au tour d'une gauche de se rendre dans la Somme, celle du candidat PS Raphaël Glucksmann. Il part d'abord à la rencontre de ses militants à Camon ainsi que les salariés de Metex. Étape désormais incontournable.