Face à l'augmentation du nombre de cas de Covid, le CHU d'Amiens s'organise

Le CHU d'Amiens s'attend à un nouvel afflux de patients Covid. En conséquence, il a revu son organisation afin d'assurer au mieux la prise en charge des patients. Des lits supplémentaires en réanimation seront disponibles dès le 2 novembre.

Le centre hospitalier universitaire Amiens-Picardie.
Le centre hospitalier universitaire Amiens-Picardie. © Jérôme Arrignon / FTV
Dans un communiqué publié mercredi 28 octobre, le centre hospitalier universitaire d'Amiens confirme l’augmentation régulière du nombre de patients suspects ou positifs à la Covid pris en charge à l'hôpital. Au total, il s'agit de 30 patients hospitalisés en médecine les 26 et 27 octobre et 20 patients en réanimation entre le 18 et le 27 octobre. 
 
En conséquence, le CHU a revu son organisation afin de prendre en charge un maximum de patients. Cette organisation est "quotidiennement ajustée selon l’évolution de la situation", précise-t-il. Les patients présentant des symptômes sont pris en charge en priorité dans l'unité de pathologie infectieuse sur le site nord disposant de 20 lits et en service de pneumologie disposant également de 20 lits. Le CHU annonce qu'une nouvelle unité de médecine dédiée à l'hospitalisation de patients suspects ou positifs à la Covid est en cours. Elle disposerait de 10 à 20 lits. 

16 lits supplémentaires de réanimation sur plusieurs hôpitaux

Dans la région Hauts-de-France, 16 lits supplémentaires de réanimation seront opérationnels à compter du 2 novembre répartis sur plusieurs centres hospitaliers : 5 au CHU d'Amiens, 4 au pôle privé d'Amiens, 2 au CH d'Abbeville, 3 au CH de l’Arrondissement de Montreuil, 2 à la Fondation Hopale.

Avec ces 5 lits supplémentaires, la capacité du service réanimation sera donc de 66 lits dont 30 lits seront prioritairement dédiés aux patients relevant d’une prise en charge réanimatoire Covid. "Afin d’ouvrir lundi 2/11, 8 nouveaux lits de surveillance continue, une déprogrammation de 30 % des interventions chirurgicales non urgentes est initiée. Cette réorganisation du bloc opératoire permettra de libérer une salle de réveil et y accueillir des patients en surveillance après chirurgie (non dédiés Covid)", ajoute le CHU. 

En fonction des annonces du président de la République, la cellule de crise de l'établissement se réunira jeudi 29 octobre afin de prendre d'éventuelles nouvelles décisions. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société