Incendie de Notre-Dame de Paris : l'élan de solidarité picard pour financer la reconstruction de la cathédrale

L'incendie à peine maîtrisé, la question de la reconstruction est déjà au centre des conversations. Ravagée par les flammes lundi 15 avril, Notre-Dame de Paris sera rebâtie : Emmanuel Macron en fait la promesse dès hier soir. En Picardie, les initiatives pour financer les travaux se multiplient.
La fondation du patrimoine a immédiatement annoncé le lancement d'une cagnotte
La fondation du patrimoine a immédiatement annoncé le lancement d'une cagnotte © PHOTOPQR/L'ALSACE/MAXPPP
Ce mardi 16 avril 2019, les Français pleurent leur cathédrale. Le choc des images passé, ils veulent aussi penser à l'avenir, à une reconstruction prochaine de Notre-Dame de Paris. L'incendie a provoqué des dégâts colossaux aussi bien à l'intérieur qu'à l'extérieur. S'il est encore impossible de les chiffrer précisement, les rénovations demanderont a minima plusieurs centaines de millions d'euros. Alors dès hier soir, en plein incendie, la Fondation du patrimoine a annoncé la création d'une cagnotte solidaire. A 16h, ce mardi, plus de 3 millions 300 000 euros avaient été récoltés. Pour aider à réunir les fonds, plusieurs Picards ont également pris des initiatives dès le lendemain du drame. En voici quelques exemples. 


Trogneux met en vente des cathédrales chocolatées.

La réputation de leurs chocolats n'est plus à faire. Place à celle de leur solidarité. "Nous sommes à quelques mètres de la cathédrale d'Amiens... En voyant les images, on a tout suite cherché comment on pouvait réagir", explique Jean-Alexandre Trogneux. Très vite, l'équipe décide de ressortir un vieux moule, celui de la façade de l'édifice voisin et de s'en servir dès l'aube, ce mardi matin. En quelques heures, plus de 300 pièces ont été fabriquées. Plus vite encore, elles ont été entièrement écoulées à cinq euros pièces. "On a été très surpris, confie le chocolatier. C'est une manière de contribuer pour nos clients." Le succès est tel que la chocolaterie réitera l'opération autant qu'il le faudra, promettant de fournir ses magasins d'Arras, Lille, Saint-Quentin et le Touquet dès demain. A ceux qui douteraient de la sincerité de la démarche, le chocolatier balaye tout de suite l'opération de com'. (La maison n'a d'ailleurs pas communiqué sur ses réseaux sociaux.) "On s'engage à ce que 100% des ventes, et non pas les bénéfices, soient directement reversées à la Fondation du patrimoine. Le coût de revient investi, c'est notre contribution à nous." Bref, une gourmandise 100% autorisée, impossible de culpabiliser !  
 
Les cinq euros collectés par cathédrale seront reversés à la Fondation du patrimoine
Les cinq euros collectés par cathédrale seront reversés à la Fondation du patrimoine © Jean-Baptiste Trogneux



Xavier Bertrand le président du Conseil Régional souhaite que la région des Hauts-de-France fasse un don. 
Les exploitants forestiers de Picardie vont offrir leur plus beaux chênes pour la reconstruire la nouvelle charpente de Notre-Dame de Paris. 
Le Syndicat de la filière bois qui regroupe la grande majorité des exploitants forestiers s'engage à réserver ses plus chênes à la reconstruction de la charpente de Notre-Dame de Paris. "Nos adhérents ont été extrêmement touchés par cette tragédie, hier soir comme beaucoup de Français, ils ont été choqués par les images de la cathédrale Notre-Dame embrasée par les flammes. Nous avons reçu de très nombreux messages et mails des exploitants forestiers, ils proposaient de réserver leurs plus beaux chênes pour la reconstruction de la charpente".

En Picardie ils sont une centaine. "C'était une charpente extraordinaire, les chênes qui ont servi à sa construction sont centenaires, de très gros chênes qui étaient d'une qualité exceptionnelle, les plus beaux des forêts domaniales. Notre devoir aujourd'hui est de perpétuité le talent des charpentiers d'autrefois  et notre métier d'exploiant nous permet de faire le tri et d'évaluer ce qui est le meilleur pour la nouvelle charpente. Nous attendons le cahier des charges des monuments historiques. Si nos chênes sont beaux, la qualité de l'époque risque de faire défaut, mais les techniques d'aujourd'hui permettent de compenser ce qui manque dans la nature. On peut par exemple collés des chênes entre eux pour avoir l'épaisseur souhaitée".

Le syndicat de la filière bois salue la gestion durable de la forêt française qui permet à ses plantations d'avoir une régénération régulière. "Nous avons demander au ministre de l'Agriculture d'organiser au plus vite une réunion avec tous les acteurs de la filière bois afin d'organiser leur contribution à la reconstruction de la cathédrale Notre-Dame de Paris en collaboration avec l'expertise des monuments historiques"

En fin de matinée, l'assureur Groupama, investisseur institutionnel et propriétaire terrien, a également "offert" les 1.300 chênes centenaires nécessaires à une reconstruction à l'identique, prélevés dans ses forêts normandes. 


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
solidarité société