Jeux paralympiques : 3 choses à savoir sur l'Amiénois Corentin Ermenault, médaille d'or en contre-la-montre sur route

Publié le Mis à jour le

Avec son binôme Alexandre Lloveras, Corentin Ermenault a décroché la cinquième médaille d'or française des Jeux paralympiques de Tokyo 2020, sur l'épreuve cycliste du contre-la-montre. L'occasion de revenir sur la carrière déjà riche du second, originaire d'Amiens.

Le podium leur avait échappé de peu en poursuite le 25 août, mais ils ont pris leur revanche de la plus belle des façons. Le duo de cyclistes formé par Alexandre Lloveras et Corentin Ermenault a remporté ce 31 août la médaille d'or sur l'épreuve du contre-la-montre en tandem à Tokyo.

Originaire d'Amiens, Corentin Ermenault est déjà bien connu pour son palmarès sur piste comme sur route. Un an et demi après l'arrêt prématuré de sa carrière professionnelle à seulement 24 ans, ce sacre olympique est l'occasion de revenir sur le parcours du champion picard.

Son père était lui aussi cycliste pro

Corentin est le fils de Philippe Ermenault, lui aussi cycliste professionnel dans les années 1990. Chez les deux Picards, qui ont fait leurs débuts au CC Nogent-sur-Oise, les titres de champion de France en poursuite individuelle se collectionnent : le père en compte sept (1992, 1993, 1994, 1995, 1996, 1997 et 1999) et son fils quatre (2017, 2018, 2019, 2021).

Sacré champion du monde en poursuite individuelle (1997, 1998) et vainqueur de trois médailles d'argent (1993, 1996, 1999), Philippe Ermenault, né à Flixecourt (Somme), a aussi été couronné champion olympique par équipe à Atlanta en 1996, en compagnie de Christophe Capelle, Francis Moreau et Jean-Michel Monin.

Les titres européens en poursuite ont cependant échappés au paternel, alors que le fils en possède quatre (2016 et 2019 en individuel, 2016 et 2017 en équipe).

Il a amélioré trois fois le record national en poursuite

Lors du championnat de France 2019 sur piste, le cycliste amiénois bat un record de France datant de 1996, soit aussi âgé que lui-même. À Saint-Quentin-en-Yvelines, Corentin Ermenault signe un temps de 4'15"616, soit près d'une seconde de moins que Francis Moreau (4'16"274), qui fut l'ancien cooéquipier de son père.

Le jeune coureur picard ne s'arrête pas là et ne cesse d'améliorer sa performance en deux ans. Il abaisse la barre à 4'10"314 lors de son dernier sacre européen à Apeldoorn (Pays-Bas) en octobre 2019 puis à 4'7''593 lors du tour de qualifications des championnats du monde à Berlin, en février 2020. C'est neuf secondes de moins que le record de 1996, soit un gouffre sur une distance de 4 kilomètres.

Dossier sport : le cycliste Corentin Ermenault prépare les Jeux Paralympiques de Tokyo 2021 ©France 3 Hauts-de-France

C'est un coureur qui se cherche sans cesse

Malgré son jeune âge, Corentin Ermenault est un cycliste vétéran qui semble déjà avoir tout connu. Après quelques années de gloire sur piste, il a fait ses débuts professionnels sur route en 2017, avec une appétence pour le contre-la-montre, puis interrompt brutament sa carrière en 2020 à 24 ans. "Je ne prenais pas de plaisir," avoue-t-il.

"J'avais plus trop le droit de faire de la piste, alors que c'était là où je prenais le plus de plaisir sur un vélo, confie-t-il. Et lorsqu'on nous enlève la notion de plaisir, ça n'est plus du tout la même chose. J'étais pas heureux ces deux années-là, et c'était dur à vivre." Il court aujourd'hui pour l'équipe amateure AVC Aix-en-Provence.