JO de Paris 2024. La qualification olympique dans le viseur, le cycliste Valentin Tabellion redouble d'effort : "je m'entraîne encore plus dur"

Plus sur le thème :

Dans quatre jours, la sélection française pour l'épreuve de cyclisme sur piste aux Jeux olympiques sera dévoilée. Valentin Tabellion, qui fait partie des favoris, s'entraîne depuis un bon moment pour espérer décrocher sa place lors de cette compétition mythique.

Les Jeux olympiques sur piste, c'est un rêve qui pourrait devenir réalité. Le cycliste Valentin Tabellion travaille son foncier sur les chemins picards avec, à l'horizon, une qualification aux JO de Paris sur l'épreuve de poursuite en équipe. 

L'athlète de 23 ans n'a rien laissé au hasard pour y parvenir. "Il y a des jours où on n'a pas trop envie, on est fatigué", confie-t-il. Mais il arrive à se "bouger" et sait pourquoi il le fait. Avoir cette compétition en tête l'aide à avancer, "et c'est ce qui me fait m'entraîner encore plus dur tous les jours".

Le bronze au Canada

Valentin Tabellion faisait partie du collectif qui a pris la troisième place de la Coupe des nations au Canada en avril dernier. Il est également arrivé 5ème sur la Madison, célèbre course américaine. Mais la route n'en reste pas moins une part importante des compétitions et de l'entraînement.

"Les deux sont hyper-complémentaires, explique l'athlète. La piste matche très bien pour la route et inversement. Sur la route, surtout chez les professionnels, ça roule de plus en plus vite, ce sont des distances qui sont aussi assez longues aussi. Nous, on appelle ça prendre de la caisse". Cela permet de prendre de la force, de l'endurance, "et ça nous aide beaucoup pour la piste, donc les deux sont complémentaires".

La pression est d'autant plus forte que les olympiades approchent à grands pas. "La carrière de cycliste ou de sportif, ce sont des hauts et des bas, c'est un aboutissement de beaucoup de travail". Valentin Tabellion a évidemment mis les bouchées doubles : "j'ai travaillé pour ça et le fait que ça se concrétise, c'est un aboutissement, et maintenant, il faut prêt à 110-120% pour performer".

Amiens, le sas de décompression

Toujours entre stages et compétitions, il passe peu de temps dans son foyer amiénois. Heureusement, il n'est pas seul et peut compter sur le soutien de sa compagne, Honorine Crosnier, elle aussi passionnée de vélo. "Je vais beaucoup sur les courses et sinon, je le motive beaucoup, je lui donne confiance en lui", déclare-t-elle.

Quand il n'est pas à Amiens, Honorine et Valentin s'appellent tous les soirs "en Facetime". La jeune femme n'hésite pas à le pousser vers le haut, lui remonter le moral, lui dire que "ça va aller, t'inquiète, tu es le meilleur, lui donner confiance parce qu'il n'a pas très confiance en lui".

Valentin Tabellion n'est qu'un tiers de son temps chez lui et sa valise n'est jamais défaite. Mais il saute sur la moindre occasion pour profiter de la présence de sa compagne. "Ça permet de couper un petit peu et ne pas être que dans le vélo. On peut profiter un peu, prendre l'air, avoir une vie un petit peu plus classique, comme des gens normaux".

Tous ces instants près des siens permettent de recharger sa batterie avant de repartir aux entraînements et aux compétitions. Et pourquoi pas lui permettre de décrocher une qualification pour les épreuves de cyclisme sur piste qui débutent le 5 août prochain.

Avec Émilie Montcho / FTV 

L'actualité "Sport" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Hauts-de-France
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité