L'Amiens Picardie Handball disparaît officiellement, un nouveau club naît et repart en 5e division

La décision ne faisait plus aucun doute. Le tribunal de commerce a officiellement prononcé la liquidation de l'Amiens Picardie Handball après des difficultés financières rencontrées toute la saison. A sa place, l'Amiens Handball Club voit le jour. Son équipe séniors repart en 5e division.

L’Amiens Picardie Handball (APH) disparaît officiellement du paysage du handball français. Dans une décision dont le délibéré a été rendu publique vendredi 28 juin, le tribunal de commerce a prononcé officiellement la liquidation de l'APH.

C'est la fin d'une longue année ponctuée de difficultés financières qui ont provoqué la chute du club. "Nous remercions nos supporters, les joueurs, les entraîneurs, les dirigeants qui ont œuvré pour ce club qui aura réussi à se hisser jusqu'à la Nationale 1 élite", écrit l'APH dans un communiqué. 

"Nous aurons vécu grâce à lui et grâce à vous des moments exceptionnels qui resteront gravés dans notre cœur", ont-ils ajouté.

Nouveau club, nouvelle présidente

Pour prendre la suite, La Fédération Française de Handball (FFH) a opté pour le projet porté par Séverine Barbezat avec une toute nouvelle structure, l'Amiens Handball Club (AHC). Elle devient présidente de ce club qui récupère donc le numéro d'affiliation (obligatoire pour engager un club en compétition).

L'AHC repart N3 - l'équivalent de la 5e division nationale - alors que l'APH était en N1 (3e division) il y a encore un an. 

Relégation administrative et départ des entraîneurs 

Pour rappel, au début du mois de juin, le mandataire judiciaire avait demandé la liquidation de l'Amiens Picardie Handball. Toute la saison, le club a été confronté à d'importantes difficultés financières, mises au jour en septembre 2023 lors de la relégation administrative de N1 à N2.

Un état des finances caché par les dirigeants, ce que regrettaient les joueurs se sentant "biaisés, comme si on leur avait caché quelque chose", rapportait l'entraîneur de l'époque Julien Richard. 

Deux mois plus tard, le technicien et le second entraîneur Yuriy Petrenko prenaient la décision de quitter le club. "Ils sont venus me voir pour me dire qu’ils démissionnaient. Ça ne se passait pas trop mal avec les joueurs. Ils ont dit : si ça peut soulager les finances du club, on démissionne", racontait à l'époque le président Dominique Pingaud. 

L'actualité "Sport" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Hauts-de-France
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité