Octobre rose : à Amiens, le don de cheveux pour aider les femmes atteintes de cancer

Chaque année, le mois d'octobre voit fleurir de nombreuses initiatives pour aider à sensibiliser au cancer du sein et financer la recherche. Lundi 5 octobre, il était ainsi possible de se faire couper les cheveux au CHU d'Amiens pour aider les patientes à acquérir une prothèse capillaire.

Une opération au profit de l'association Solidhair avait lieu ce lundi 5 octobre au CHU d'Amiens.
Une opération au profit de l'association Solidhair avait lieu ce lundi 5 octobre au CHU d'Amiens. © FTV / M. Maillet
Ce lundi 5 octobre, le ronflement du sèche-cheveux résonnait dans le hall du CHU d'Amiens. Dans le cadre d'Octobre rose, mois de sensibilisation au cancer du sein, l'hôpital accueillait le temps d'une journée des coiffeurs venus jouer des ciseaux pour une cause généreuse : faire don de ses cheveux. Une action destinée à venir en aide aux femmes qui ont perdu les leurs à cause des traitements - environ 60.000 sont diagnostiquées chaque année, selon Santé Publique France. "On est toutes touchées, je pense, développe l'une des volontaires, dont les tresses blond vénitien reposent désormais sur la table. Elle poursuit : "Ça peut toutes nous arriver. C’est bien de pouvoir aider."
 
Les tresses prélevées, les coiffeuses s'occupent de restructurer la coupe des donatrices. Car le don est radical : 25 cm sur les plus petites longueurs, pas moins. "C’est énorme, oui, reconnaît Sylvie  Denaes, l'une des professionnelles. Et quand on a 30 ou 40 c’est encore mieux !" Un impératif dicté par le principe-même de l'opération : fournir une matière première pour la fabrication de perruques. "Les cheveux, une fois coupés, on les envoie à l’association Solidhair qui va les vendre à des perruquiers, explique Emmanuelle Picart, occupée à égaliser la coupe de l'une des volontaires. L’argent de cette vente va venir en aide aux personnes à faibles revenus pour l’achat de leur prothèse capillaire pendant leur traitement de chimio."
 
Vue avant après de la coupe de l'une des donatrices, ce lundi 5 octobre au CHU d'Amiens.
Vue avant après de la coupe de l'une des donatrices, ce lundi 5 octobre au CHU d'Amiens. © FTV / M. Maillet

Pour les femmes atteintes de cancer du sein, au traumatisme de la perte des cheveux liée aux traitements vient s'ajouter le coût de la prothèse et des accessoires d'entretien. Il faut alors compter entre 150 et 700 euros.  "Ma mutuelle ne prenait pas en charge les prothèses, témoigne une patiente. Ce n’était pas évident. J’ai eu la chance d’avoir mes parents qui m’ont aidée pour le financement de la perruque." En récidive de cancer du sein, elle s'apprête à devoir en acheter une pour la seconde fois. 
 
Depuis sa création, Solidhair a permis de financer 554 prothèses, que ce soit lors d'opérations de ce type ou chez le millier de coiffeurs partenaires à travers la France ou à l'étranger. Des professionnels, recensés sur son site, qui peuvent collecter ou couper toute l'année les dons capillaires. Et si certaines hésitent, ce matin-là, l'envie d'agir aide souvent à passer le pas. "C’est une bonne action et ça repousse facilement" : relativise une jeune femme qui s'est arrêtée devant le stand au CHU. Compter un an et demi environ pour les 25 centimètres coupés. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
octobre rose société santé octobre rose société santé