Plan contre la pauvreté à Amiens. Frigos partagés, friperie solidaire : "pour les gens comme moi qui vivent à la rue, c’est vachement utile"

Pour faire face au nombre grandissant de personnes vivant en dessous du seuil de pauvreté, Amiens a dévoilé son plan de lutte contre la précarité et pour améliorer le pouvoir d'achat. Des frigos partagés à la conciergerie sociale, il contient douze mesures d'aide pour les habitants concernés, proposées lors d'une consultation auprès des citoyens.

Douze mesures pour aider les personnes dans le besoin. C'est le plan prévu par la ville d'Amiens pour lutter contre la précarité. Ces dernières ont été soumises par la mission "précarité" représentée par trois citoyens, comme François Rongeon, professeur d'université retraité. Le but était de "consulter les Amiénois sur leurs besoins les plus immédiats et les plus importants dans une période où on sait que la précarité a augmenté." Ainsi, en 2023, les habitants ont proposé des solutions pour améliorer le quotidien des personnes en difficultés.

Une mise en place d'ici juin 2024

Au total, 100 mesures sont ressorties de cette consultation. La mairie en a retenu 12 qui seront mises en place d'ici le mois de juin.

Parmi elles, la multiplication des frigos partagés. Au total, dix doivent être prochainement installés dans la ville. Un des frigos déjà installé est géré par l'association anti-gaspillage, "Les Robin.e.s des bennes". Chacun peut venir déposer ou prendre gratuitement de la nourriture. Louise Boyard, fondatrice de l'association, explique : "l'objectif est de lutter contre les gaspillages et la précarité. Maintenant, on sait bien que la plupart des personnes qui viennent sont des personnes qui ont besoin d’avoir des denrées gratuitement, qui ont du mal à finir le mois ou qui n’ont pas accès à des produits frais."

En installant compteur d'ouverture de porte, l'association a comptabilisé 1 100 ouvertures par mois sur le premier frigo, à l'auberge de jeunesse de la ville. Ce qui ne veut pas dire que tous ont eu à manger puisque le frigo est parfois vide. Cela représente tout de même "potentiellement 1 100 personnes qui sont dans le besoin ou 1 100 personnes qui participent [...] Des très bons indicateurs".

Un plan pour venir au-devant des personnes dans le besoin

Parmi les autres mesures prises, la construction de nouveaux chalets solidaires, comme celui du quartier Saint-Leu. Dans ces installations, des vêtements sont à la disposition des plus fragiles. Un sans-abri témoigne de l'intérêt de ce type de service. "Pour les gens comme moi qui vivent à la rue et qui sont sans ressource, c’est vachement utile. Les associations n’ouvrent pas avant l’après-midi, c'est vraiment pratique pour nous."

L'objectif de ce plan est donc de lutter contre la précarité partout où elle se trouve avec des solutions simplifiées. "Avant, nous attendions que les personnes viennent à nous, dans les locaux sociaux", raconte Catherine Girard, directrice du centre communal d'action social d'Amiens. Aujourd'hui, on réfléchit autrement. On construit une politique de l'offre parce que nous avons beaucoup de public qui sont des invisibles. Des gens qui n'osent ou qui ne veulent pas venir demander, mais qui ont des besoins importants."

Les 10 autres aides sont : 

  • La livraison d’au moins une tonne de fruits et légumes par semaine pour les bénéficiaires du CCAS et les associations caritatives.
  • Dix friperies solidaires par an seront organisées par les Robin.e.s des Bennes. Premiers rendez-vous les 27 (13h30-18h) et 28 janvier (12h-16h), salle Daniel-Leroy (rue Simone-Signoret). Accès réservé aux personnes aux ressources modestes.
  • Les aides Ma Prime Adapt’ et Ma Prime Rénov’ seront développées via la plateforme Laure.
  • Une conciergerie sociale ouvrira afin de proposer des services et des solutions aux problèmes du quotidien. Elle mettra à disposition du matériel de jardinage et de bricolage.
  • L’accès à une mutuelle à tarif accessible sera proposé aux personnes en situation de précarité ou aux faibles revenus avant l’été.
  • Un microcrédit sous forme de prêt d’honneur auprès du CCAS et dans le cadre des demandes d’aides sera mis en place d’ici mars.
  • Les prêts et dons d’ordinateurs se poursuivront cette année. En 2023, la Ville en a offert 75.
  • Depuis novembre, la ville contribue à l’ouverture d’un accueil de jour pour les familles sans domicile avec enfants.
  • Le dispositif Pass’ ton permis sera étendu à tous les âges. Les Amiénois bénéficieront de 600 € d’aide contre 60 heures de bénévolat.
  • Pour favoriser l’accès à l’emploi, 50 vélos seront gratuitement mis à disposition pour trois mois maximum.

36 000 personnes aidées 

La directrice du centre communal d'action social d'Amiens indique que ce plan aide en tout à 36 000 personnes, en rajoutant celles qui sont 20% au-dessus du seuil de pauvreté. Ce plan pouvoir d'achat "répond à des besoins très variés" : alimentaires, vestimentaires, des équipements pour le logement, des besoins de lien social ou encore des réponses pratiques de service au travers d’une conciergerie sociale.

Mais Catherine Girard rappelle que ce plan "n’est qu’un élément d’une feuille de route plus globale et d’une ambition très forte qui est de permettre à chacun d’être acteur de sa vie". François Rangeon précise que "les 12 qui ont été retenues par la ville sont des mesures immédiates à court terme. On souhaite qu’elles soient poursuivies par des mesures plus importantes. Peut-être plus coûteuse pour la ville, plus importantes aussi pour aider les personnes en difficulté."

Parmi ces mesures qui doivent être étudiées par la mairie : la gratuité des transports pour tous ou encore celle du musée. En 2024, le coût de ce plan va atteindre un peu plus de 290 000 euros. Un budget insuffisant pour l'opposition.

Avec Lena Malval / FTV

L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Hauts-de-France
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité