Des planètes et des constellations dans un champ de lin pour célébrer les 800 ans de la cathédrale d'Amiens

Depuis 15 mois, l'artiste plasticien Jacques Leclercq s'est lancé dans un projet d'envergure : représenter au sol, dans un champ de lin, la voûte céleste avec planètes, étoiles et constellations, telle qu'elle était visible au-dessus de la cathédrale d'Amiens lors de sa construction, il y a 800 ans.

Représentation de la voûte céleste telle qu'elle était visible au-dessus de la Cathédrale d'Amiens au moment de sa construction, il y a 800 ans
Représentation de la voûte céleste telle qu'elle était visible au-dessus de la Cathédrale d'Amiens au moment de sa construction, il y a 800 ans © Jacques Leclercq-k

Si vous survolez la Somme, vous pourrez observer, dans un champ de lin, un étrange cercle parsemé de points reliés entre eux. Il s’agit en réalité d’une œuvre de l’artiste-plasticien Jacques Leclercq et intitulée "La Constellation de Cottenchy", du nom de ce village situé au sud-est d’Amiens.

 

Célébrer les 800 ans de la Cathédrale d'Amiens

Jacques Leclercq, originaire d'Amiens, est habitué à performer dans le land art, une forme d'art contemporain qui utilise les matériaux de la nature. En mars 2019, il s'est lancé dans ce projet artistique dans le cadre des célébrations des 800 ans de la cathédrale d'Amiens. 

"Depuis mon enfance, je connais cette cathédrale, explique Jacques Leclercq. À chaque fois que je vois cette cathédrale c’est quelque chose de très émouvant pour moi. Mon projet est un hommage aux constructeurs du XIIIe siècle." 

La voûte céleste représentée dans un champ

Impressionnante par sa taille et étonnante par sa localisation, l'œuvre représente la voûte céleste telle qu’elle était visible au-dessus du site de la cathédrale à 22h en juin 1220, lorsque la construction de Notre-Dame d'Amiens a débuté.

Pour retrouver la carte des planètes et constellations, Jacques Leclercq s'est simplement tourné vers l'association Repères-Astro Oise, qui lui a fourni les plans de l'époque. 

Des chemins ont été tracés pour former les constellations
Des chemins ont été tracés pour former les constellations © Jacques Leclercq-K

Il a ensuite fait appel à un géographe qui, à l'aide d'un GPS, a travaillé en plein champ et permis de placer les astres au sol.  On y retrouve notamment les planètes Jupiter, Vénus, Mars et Saturne ainsi que les constellations Cassiopée, Orion et la Grande Ourse.

 

Fake news et extra-terrestres

Il n’en fallait pas plus pour attirer les "chasseurs" de phénomènes paranormaux, adeptes de fake news. Certains y voient en effet une possible manifestation extra-terrestre à l’image du site "Preuves du paranormal" qui s’étonne que "de nombreuses constellations visibles de la Terre n’y sont pas représentées" et affirme donc que "celui qui a dessiné son ciel étoilé n’était pas sur la Terre".  

Une "plaisanterie" qui n’amuse pas Jacques Leclercq : "J’ai appelé l’auteur de cette fausse information. Il s’est excusé. [NDLR : mais il n'a pas supprimé l'article] Moi, je suis dans le réalisme, pas dans le fantasme. Cela déforme mon propos", regrette l’artiste.

Une œuvre éphémère, à visiter

Faute d’extra-terrestres, Jacques Leclercq souhaite que les Terriens viennent "visiter" son oeuvre. "Les points des constellations sont reliés par des chemins. On peut se promener et donc se perdre, promet l’artiste. C'est une référence au fameux labyrinthe de la Cathédrale d'Amiens."

Il est possible de se promener dans les constellations.
Il est possible de se promener dans les constellations. © Jacques Leclercq-k

C'est une œuvre éphémère, destinée à disparaître au moment de la moisson. "Le lin sera récolté et donné à une coopérative qui en fera de l'huile", explique Jacques Leclercq. 

L'artiste ne compte pas s'arrêter là dans sa démarche de célébrer Notre-Dame d'Amiens. Au printemps 2021, il installera une douzaine de bannières de 3m de large et 5m de long suspendues de part et d’autre de la nef de la Cathédrale.

En variations de bleus, couleur divine évoquant la teinture à la waide qui a fait la renommée de la Picardie et la richesse d’Amiens au Moyen Âge, ces grandes bannières rappelleront la tradition des cathédrales et des églises drapées pour les cérémonies prestigieuses et les processions. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
art culture cathédrales patrimoine astronomie sciences espace fact-checking économie médias
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter