Plus de 200 personnes à la marche blanche pour Mathéo, poignardé à Étouvie

Plus de 200 personnes ont défilé dans les rues d'Amiens ce samedi pour rendre hommage à Mathéo, 19 ans, mort après avoir reçu plusieurs coups de couteau à Étouvie le 26 janvier dernier. 
Les proches de Mathéo ont marché en son hommage ce samedi 8 février.
Les proches de Mathéo ont marché en son hommage ce samedi 8 février. © Benoît Henrion / FTV
Le drame a ému bien au-delà des frontières du quartier. Mathéo, 19 ans, est décédé le 26 janvier dernier, à l'aube, à Étouvie.

Une agression très violente


Une dizaines d'individus l'ont agressé, ainsi que son frère, alors qu'ils attendaient un ami dans le voiture. Ils auraient été pris pour cible à cause de leur plaque d'immatriculation qui indiquait 75. La même nuit, une bande de jeunes s'étaient introduits dans un appartement et perturbé la fête qui y avait lieu en commettant des violences, à la recherche de Parisiens. Si son frère a réussi à s'enfuir, Mathéo, lui n'a pas eu cette chance. Après avoir reçu plusieurs coups de couteau, il agonise sur le sol, et décède pendant son transfert à l'hôpital. 
 

Marche blanche 


Ce samedi, plus de 200 personnes ont marché dans les rues d'Amiens, de la Hotoie au tribunal de grande instance, pour lui rendre hommage. Sur les grilles du palais de justice, des portraits du jeune homme ont été accrochés, ainsi qu'une banderole sur laquelle on peut lire "Que justice soit rendue". Ses parents ont également déposé une gerbe de fleurs.
"Mathéo est mort pour rien", lâche Djamila Berriah, l'avocate de la famille. "C'était un gosse de 19 ans qui a été assassiné dans des conditions atroces, (...) c'est impératif que justice soit rendue.
 
Les proches de Mathéo se sont rassemblés pour demander que justice soit rendue.
Les proches de Mathéo se sont rassemblés pour demander que justice soit rendue. © France 3 Hauts-de-France


Quatre personnes écrouées


L'enquête en cours a déjà permis d'interpeller quatre personnes, qui ont été mises en examen et placées en détention provisoires. Elles sont poursuivies pour homicide volontaire et violences aggravées et risquent jusqu'à 30 ans d'emprisonnement. "Ses parents, ses frères, tout ce qu'ils souhaitent, c'est obtenir des réponses, des réponses judiciaires.", insiste l'avocate.
 

Même discours chez les proches et les voisins de Mathéo, qui le décrivent comme un jeune homme "apprécié de tous", "joyeux" et "toujours prêt à rendre service", et vivent le drame comme une terrible injustice. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
marche blanche faits divers hommage société