Printemps des poètes : des coquelicots installés dans les rues d'Amiens

© Centre Culturel Léo Lagrange
© Centre Culturel Léo Lagrange

Des coquelicots fabriqués par un plasticien en résidence dans la région ont été semés dans les quartiers d'Amiens à l'occasion du Printemps des poètes. Une initiative lancée par Amiens Métropole en partenariat avec le Centre Léo Lagrange.

Par Célia Vanier

Depuis ce mercredi matin, une petite "brigade" composée de la directrice du Centre culturel Léo Lagrange, de l'artiste plasticien Jérôme TOQ'R et de résidents de la pension Hélène Lockert sèment des "kokliko" et récitent des poèmes dans les rues d'Amiens.

Une initiative menée par Amiens métropole à l'occasion du Printemps des poètes. Alors qu'ils installaient les oeuvres de manière éphémère, les résidents de la pension Hélène Lockert ont lu des poèmes rédigés par leurs soins.

Un spectacle dont les étudiants de la faculté d'art et de design de Saint-Maurice ont eu la chance d'être témoins... et ont même participé !

Un hommage à Monnet et aux soldats anglo-saxons


Les coquelicots sont l'oeuvre de l'artiste plasticien originaire de Mayenne Jérôme TOQ'R. Le projet Koklyko est une évocation du tableau de 1873, Le champs de coquelicots, un hommage à l’un des maîtres de l’impressionnisme Claude Monnet.

L’oeuvre s’appuie sur le paradoxe de la fragilité de la fleur, son caractère éphémère et la résistance du plastique pour sensibiliser aux enjeux du développement durable et de la valorisation des déchets. 

Le coquelicot, Poppie en anglais, est devenu le symbole de l'engagement des troupes du Commonwealth dans la Grande guerre, avec le poème de John Mc Crae In Flanders fields. Koklyko est aussi une installation hommage à ces soldats mobilisés. 


Une démarche artistique et éco-responsable ​


L'artiste récolte, avec l'aide d'associations amiénoises mais aussi d'établissements médicaux, des bouteilles en plastique pour réaliser ses fleurs.

Il récupère la partie supérieure des bouteilles, utilise un morceau de bois et du fil de fer. Les bouchons de bouteille sont utilisés pour représenter le coeur des coquelicots, puis peints en noir avec une peinture aérosol. "La démarche est à la fois artistique et éco-responsable," décrypte Nicolas Henssien, chargé de mission "centenaire" pour la Métropole.


Mêler le public au processus de fabrication


En résidence à Amiens une semaine par mois depuis janvier 2017, Jérôme TOQ'R organise des ateliers dans les Ephad et les écoles de la métropole. En tout, 4000 personnes ont participé à la fabrication de coquelicots depuis le début de l'opération. Ces oeuvres, l'artiste les garde précieusement dans son atelier.

Les 29 et 30 juin prochains, une installation d'envergure sera mise en place dans le parc de l'Evêché. Une nappe de centaines de milliers de coquelicots recouvrera la pelouse. 

Jérôme TOQ’R est associé à de nombreux événements artistiques de dimension internationale comme "Les Nuits Blanches" (Amiens), "La Fête des Lumières" (Lyon) ou "Normandie Impressionniste". Il est aussi présenté à Dubaï lors du "Festival of Lights" , à Podgorica lors de "Euvropski Festival" au Monténégro ou prochainement à Kigali et Skopje. 

Comment accueillir un atelier Koklyko ?

Vous êtes une structure, un groupe et vous pouvez accueillir un atelier Koklyko, contactez :
► Direction de la Culture, 3 place Dewailly - Amiens Métropole
03 60 01 04 31 / 03 22 97 13 18 - koklykoamiens@gmail.com 

Aucun aménagement spécifique n'est nécessaire. Les consignes sont expliquées, quelques démonstrations sont faites avant que chacun passe aux travaux pratiques. La séquence est conçue pour réaliser toutes les étapes de valorisation du déchet en fleur : le découpage de la bouteille et des pétales. la réalisation de la tige, l’assemblage, la plantation de Koklyko.

Jérôme TOQ'R accompagne les différentes étapes de réalisations, échanges avec les participants sur le thème de l’oeuvre et le coquelicot comme symbole. Concernant l’organisation des ateliers, elle est définie spécifiquement en fonction du lieu, de l’effectif et de la démarche retenue. L’atelier est proposée en itinérance tout au long d’une journée (l’artiste va de classe en classe ou de chambre en chambre dans un hôpital).

L’atelier peut aussi s’organiser en demi-journée. Dans ce cas, 2 classes peuvent être réunis en sous groupe pour mixer les âges. Plusieurs classes, voir tous les élèves de l’école peuvent être réunis dans un même lieu pour participer à une performance coopérative. Lors de ces événements, les parents peuvent être invités ainsi que les résidents d’une maison de retraite avoisinante.

En fonction des partenaires associés aux projets, des ateliers peuvent être organisés en soirée (club ados, associations culturelles ou sportives, d’entraide...) et se greffer sur des événements de proximité comme les fêtes de quartiers, festival, un journée au jardin.... 

► Il existe également une page Facebook dédiée au projet Koklyko : www.facebook.com/Koklyko-395088630938047/

A lire aussi

Sur le même sujet

Enquêtes de région : quelle mobilité, à la campagne ?

Les + Lus