Accusé d'avoir tenté de tuer sa compagne à coups de casserole, un homme jugé aux assises à Amiens

Publié le Mis à jour le
Écrit par Valentin Pasquier .

Un homme de 44 ans comparaît devant les assises de la Somme mercredi 25 et jeudi 26 janvier pour une tentative de meurtre sur sa compagne de l'époque, qui s'est portée partie civile. Elle avait été laissée pour morte le 30 décembre après avoir été frappée avec une casserole à leur domicile d'Abbeville.

Un quadragénaire comparaît à partir du mercredi 25 janvier devant la cour d'assises de la Somme à Amiens pour avoir tenté de tuer sa compagne dans les derniers jours de 2019. La jeune femme avait été très sévèrement blessée par de violents coups de casserole à leur domicile d'Abbeville.

M., âgé de 44 ans aujourd'hui, doit répondre des chefs d'accusation de "tentative de meurtre sur personne ayant été conjoint ou concubin" et "arrestation, enlèvement ou séquestration arbitraire suivie d'une libération avant le septième jour".

Laissée pour morte

Les faits se sont produits vers 21 heures le 30 décembre 2019 dans l'appartement du couple, en plein centre d'Abbeville. À plusieurs reprises, l'accusé a frappé sa compagne de l'époque à l'aide d'une casserole, lui fracturant le crâne et la mâchoire.

Alertés par les cris, les voisins du couple - qui se trouvent être la sœur de la victime et son propre conjoint - ont alerté la police. Après s'être barricadé dans leur appartement, l'accusé a ensuite tenté de fuir avec son enfant de 4 ans, que son beau-frère a finalement pu récupérer par la force. Le forcené s'est alors réfugié dans le hall d'un hôtel avoisinant, où il a été interpelé par la police.

Laissée pour morte, la victime s'était réveillée le 4 janvier 2020 après quatre jours de coma artificiel. Elle s'est portée partie civile au procès. Les débats devraient se poursuivre le 26 janvier, avec un verdict donné en fin de journée.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité