WN repris par Ageco Agencement, 44 emplois sauvés

Antoine Gerard-Shine et François Company, co-dirigeants de la société Ageco Agencement, accueilleront 44 salariés de WN au sein de leur entreprise / © P. Potentier / FTV
Antoine Gerard-Shine et François Company, co-dirigeants de la société Ageco Agencement, accueilleront 44 salariés de WN au sein de leur entreprise / © P. Potentier / FTV

Le tribunal de commerce d'Amiens a mis un point final au dossier WN ce mardi 30 juillet en validant l'offre de reprise partielle d'Ageco Agencement, qui compte réemployer 44 salariés de la société déficitaire.

Par Boris Granger

Cela faisait plusieurs mois que l'affaire durait : ce mardi 30 juillet, le tribunal de commerce d'Amiens a validé l'offre de reprise partielle d'Ageco Agencement dans le dossier WN. Partielle, parce que le repreneur ne conservera que 44 emplois sur le site, les 138 salariés restants seront malheureusement licenciés.


Une centaine d'emplois potentiels d'ici fin 2020

Ageco Agencement, société en pleine croissance implantée sur le site de Montière depuis le départ de Whirlpool en juin 2018, laisse par ailleurs entrevoir la possibilité de développer de nouveaux postes, sous réserve de réussite de son projet industriel, pour un potentiel d'une centaine d'emplois d'ici fin 2020. Emplois réservés en priorité aux ex-salariés de WN. De nouvelles activités industrielles pourraient également voir le jour via notamment l'entreprise Ynsect, leader mondial des protéines alternatives, qui s'est montré intéressé par le site.
 
Le site d'Ageco Agencement emploie actuellement 65 salariés / © C. Denis / FTV
Le site d'Ageco Agencement emploie actuellement 65 salariés / © C. Denis / FTV

En attendant, la société Ageco devra communiquer ses résultats tous les trimestres pendant deux ans. Un contrôle qu'Antoine Gerard-Shine et François Company, les co-dirigeants de la société, acceptent volontiers. "Nous avons formulé nous-mêmes la demande d'avoir des audits réguliers pour rendre compte de l'activité de notre entreprise", confirment les deux entrepreneurs.

Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d'état auprès du ministre de l'Économie et des finances, s'est quant à elle félicitée de la décision du tribunal et de l'efficacité du travail accompli pour "apporter, en moins de deux mois, des réponses concrètes aux salariés de WN". Elle s'était saisie du dossier le 4 juin puis avait commandé fin juillet un audit sur l'utilisation des subventions, publiques et privées, par WN.
 


Deuxième reprise en un peu plus d'un an

Les résultats, rendus publics le 25 juillet, avaient permis de faire la lumière sur 98,5 % des dépenses de l'entreprise. 179 000 euros étaient néanmoins restés injustifiés : une somme difficile à digérer pour les salariés, qui soupçonnaient leur ancien patron de s'être accordé un salaire démesuré ainsi que des avantages en nature, alors que les finances de l'entreprise sombraient.
 

Initialement occupé par l'usine Whirlpool, le site de Montière avait été repris en juin 2018 par WN, une société lancée par Nicolas Decayeux, chef d'entreprise président du Medef de la Somme, et spécialisée dans les casiers connectés. Le projet, qui prévoyait de reprendre une quarantaine de salariés, avait finalement débouché sur une reprise de 162 des 282 employés de Whirlpool.
 

Mais le carnet de commande ne s'était jamais rempli et l'activité du constructeur n'était pas parvenue à décoller. En juin 2019, un audit révélait d'importantes impasses de trésorerie et la société était placée en redressement judiciaire, avec le dénouement que l'on connaît aujourd'hui. Le 19 août 2019, le site de Montière assistera à une nouvelle passation d'activité, la deuxième en un peu plus d'un an.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus