Annulation de la Transbaie 2022 : son organisateur ne veut plus prendre de risques, "je me demande si la course va pouvoir s'en relever"

Publié le

Denis Courtois, organisateur de la Transbaie, a décidé d'annuler l'événement une nouvelle fois en 2022 à cause de la crise sanitaire. C'est la 3e fois que la course à travers la baie de Somme n'a pas lieu pour ce même motif.

L'annonce de son annulation est tombée en fin de semaine dernière. La Transbaie, n'aura pas lieu le 19 juin 2022 comme initialement prévu.

C'est la 3e fois que la mythique course de 17km à travers la baie de Somme est annulée à cause de la crise sanitaire. Et même si l'événement a lieu dans 5 mois, l'organisateur, Denis Courtois, ne souhaite prendre aucun risque.

"La préparation d'une telle manifestation, c'est en ce moment et même fin 2021, car il faut rendre les dossiers fin février. Pour moi, il est hors de question de lancer cet événement sans aller jusqu'au bout", affirme-t-il.

"C'est quelque chose de très lourd à organiser"

Du côté des coureurs, la déception est grande. "Pourquoi annuler un événement en plein air ?", se demandent nombre d'entre eux sur la page Facebook de la Transbaie. D'autant que d'autres courses comme le Trail des 2 Baies sur la côte d'Opale ont eu lieu récemment.

"Je ne sais pas comment sont organisées les autres courses, répond Denis Courtois, mais je sais que la Transbaie c'est quelque chose de très lourd à organiser. On peut le faire, mais s'il faut ensuite prévoir une annulation, ce n'est pas la peine. Cela fait 30 ans qu'on l'a fait avec des associations, des bénévoles... C'est moi qui suis responsable et je ne voudrais surtout pas faire la Transbaie de trop."

Quel avenir dans ce contexte sanitaire ?

Une question plane alors, est-ce que la Transbaie, créée en 1989, pourra un jour faire son grand retour ? "Je me demande si la course va pouvoir s'en relever", déplore son organisateur. D'autant qu'il faut désormais ajouter à l'organisation, le respect du protocole sanitaire : le port du masque pour les bénévoles, une possible jauge de participants, ou encore un éventuel contrôle du pass vaccinal.

"Nous avons une équipe de retraités entre 60 et 80 ans, j'ai toujours dit que la fête devait être pour les bénévoles, comme pour les coureurs, donc si c'est pour travailler avec des contraintes, sans le plaisir... Je ne veux pas me lancer tant qu'on n'est pas sûr d'aller jusqu'au bout dans les meilleures conditions", conclut Denis Courtois.