Les chasseurs de la Baie de Somme contestent l'interdiction de chasser les oies cendrées en février

Publié le Mis à jour le
Écrit par Camille Di Crescenzo
Les chasseurs contestent la décision du Conseil d'État leur interdisant de chasser les oies grises en ce moment
Les chasseurs contestent la décision du Conseil d'État leur interdisant de chasser les oies grises en ce moment © C. Juteau

Une centaine de chasseurs se sont rassemblés près du Crotoy pour contester la décision du Conseil d'État leur interdisant de chasser les oies cendrées en février. Cette chasse se termine normalement le 31 janvier.

Un arrêté publié le 31 janvier au Journal Officiel et entrant en vigueur le lendemain, permettait aux chasseurs de prélever 4000 oies cendrées en février 2019, sur tout le territoire national à l'exception des départements du Bas-Rhin et du Haut-Rhin. 

Extrait du journal officiel - Arrêté du 30 janvier 2019

Mais une nouvelle fois, sollicité par la Ligue de Protection des Oiseaux, FNE, Humanité et biodiversité et One Voice, le Conseil d'État a cassé l'arrêté, rappelant que la date de fermeture de la chasse aux oies était bien le 31 janvier et non fin février. Les chasseurs contestent cette décision
Une centaine d'entre eux se sont rassemblés ce samedi matin sur la côte picarde, près du Crotoy, pour demander une dérogation. Dérogation qui, chaque année leur est refusée.

"C'est plutôt une résistance pacifique qui est d’occuper le terrain et de se battre avec les bons arguments pour avoir une décision qui nous soit favorable l’année prochaineexplique Nicolas Lottin, président de l'association des chasseurs de la Baie de Somme. "Ce qu'on espère, c'est de trouver la solution juridique qui nous permet de chasser de façon tout-à-fait responsable, convenable, ces oiseaux". 
 

 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.