À Croixrault, dans la Somme, l'épicerie Le Ch'tiot bonheur redonne vie au village en plein confinement

À Croixrault dans la Somme, un couple a quitté Amiens pour reprendre l'épicerie du village. Depuis deux ans, il n'y avait plus aucun commerce. Si depuis début novembre, Le ch'tiot bonheur redonne vie à la commune, le cœur du projet, c'est l'ouverture de la brasserie et du bar attenants.

À Croixrault, dans la Somme, l'épicerie du village a rouvert début novembre. Le village n'avait plus de commerces depuis deux ans.
À Croixrault, dans la Somme, l'épicerie du village a rouvert début novembre. Le village n'avait plus de commerces depuis deux ans. © M.Genevois/FTV
Annette est venue avec sa petite-fille. Sa fille et son chien l'attendent à l'extérieur de l'épicerie de Croixrault dans la Somme.
 
Une épicerie qui a rouvert début novembre après deux ans de fermeture. "Enfant, je venais dans cette épicerie acheter mes bonbons, se souvient Annette. Aujourd'hui, on vient toujours et ça fait énormément plaisir. J'habite le village et comme il y a un dépôt de pain, je viens ici chercher mon pain. Je n'ai pas besoin de prendre la voiture pour aller chercher le pain à deux kilomètres. Et on rencontre les gens du village, on se dit bonjour, on prend des nouvelles et ça fait plaisir ! Ils sont très courageux d'ouvrir dans ces conditions. Il faut les soutenir donc on vient tous les jours !"

Plus la peine de prendre la voiture pour acheter du pain

Ils, c'est Guylaine et Yves. Ce couple d'Amiénois a tout quitté pour s'installer à Croixrault. En reprenant l'épicerie, ils espèrent redonner vie à ce petit village de 400 habitants. Alimentation, dépôt de pain, produits ménagers... Au Ch'tiot bonheur, on trouve de tout ! Les fruits et légumes viennent d'un producteur local. Et pour les habitants, plus la peine de se rendre à la supérette la plus proche à Poix-de-Picardie à 2 km.

Un projet fou qui a germé avant le premier confinement. "On remet en route progressivement, explique celle qui travaillait dans une blanchisserie industrielle. On espère très rapidement pouvoir ouvrir la brassserie et le bar qui sont à côté. Les gens sont en demande d'une petite restauration.[...] Il n'y avait plus rien dans la commune. À l'épicerie, les gens se croisent. Les personnes âgées aiment bien discuter. Moi, j'aime bien faire la cuisine et faire plaisir aux gens en cuisinant. Pour le moment, avec la covid, on ne peut pas faire marcher la restauration."

Le cœur du projet : la brasserie et le bar

Car le cœur du projet de Guylaine et Yves, c'est bien l'ouverture de la brasserie et du bar attenants à l'épicerie. Une ouverture retardée par le premier puis le deuxième confinement. "Beaucoup de gens nous demandent en venant chercher leur pain « quand est-ce qu'on pourra boire un petit café à côté ? » raconte Guylaine. On a hâte".

En attendant de pouvoir se mettre davantage derrière les fourneaux, Guylaine prépare des plats à emporter faits maison. C'est d'ailleurs son déjeuner qu'est venu acheter Séverine à l'épicerie : "Des endives au jambon ! Les repas de Madame sont supers ! Et j'ai déjà commandé mon poisson pour samedi ! s'enthousiasme-t-elle. Tout à l'heure, je suis venue chercher des produits ménagers, des yaourts et des petits gâteaux pour le boulot cette parès-midi !"

Le restaurant et le bar pourraient ouvrir après le confinement et devenir ainsi un centre incontournable du village. Et si les conditions actuelles ne sont pas vraiment favorables à la création d'entreprise, Guylaine et Yves ont bien l'intention de s'accrocher à leur projet : "On sait qu'on ne va pas compter nos heures. Mais c'est l'amour du métier, l'amour de la cuisine, du contact avec le client. Ce contact, c'est du bonheur pour nous. C'est du bonheur d'apporter quelque chose aux habitants de Croixrault".
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie ruralité société